temps de lecture: 2 mn

Mon PVT

Whitehorse
Vancouver
Saint John’s.

Yukon
Colombie Britannique
Terre-Neuve

Cherchez à chaque fois l’intrus…

Cela fait onze mois que je suis ici en Pvt. Sept mois à Whitehorse. Deux mois et demi sur la route. Un mois et demi à Vancouver. Depuis deux jours à Saint John’s, NL.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes: 30 000 habitants dans mon Grand Nord. 500 000 à Terre Neuve. 4 millions à Paris et banlieue (je résume, ne chipotons pas…).

Je fuis les grandes villes – Montréal et Toronto. J’ai tenté Vancouver mais je me sentais perdu la-dedans, en dépit d’une situation stable – travail, logement. Je n’arrive plus à me sentir à l’aise, à devoir retourner dans une routine métro-boulot-dodo que je ne connais plus.

Je ne supporte plus de devoir attendre le bus sous la pluie, de ne pas voir de neige dans mon jardin, de ne pas pouvoir me balader sans risquer de me faire écraser.

Voir et entendre parler français autour de moi à longueur de temps n’a pas de sens. Je ne suis pas venu au Canada pour cela. Autant dans ce cas aller en Suisse ou en Belgique. J’aime fréquenter des francophones, des français mais je ne veux pas que ma vie sociale ici ne tourne qu’autour d’eux et c’est exprès que je tente des fuites anglophones, même au prix d’une certaine solitude par moments.

J’ai fait plus de boulots différents en onze mois qu’en 5 ans en France. De Bucheron à handler en passant par newspaper stuffer et banquet server. Et même prof de tennis.

J’habite maintenant dans une maison victorienne à côté du downtown. A Whitehorse, je plantais des patates dans mon potager et allait taquiner le saumon à dix minutes en vélo. A Van’, j’habitais une colloc’ où cohabitaient cinq nationalités, dans un chavirari de tous les diables à la limite du tribal – expérience excellente !

J’ai passé plus de 25 000 kilomètres sur les routes, de l’Alaska à la Californie, de Vancouver à Montréal en passant par les Usa.

J’ai rencontré une foule de gens incroyables. Des idiots aussi comme partout.

Je n’ai rien programmé et ai voyagé au gré de mes envies, en fonction de l’argent gagné et économisé. J’ai acheté ma première voiture et passé mon premier permis.

Je n’ai pas trouvé d’Eldorado ni d’Enfer de Dante.

Je repartirais avec beaucoup de certitudes et surement avec plus encore de doutes.

Mais…j’ai réalisé un de mes rêves.

Mon Pvt dans mon Canada !