temps de lecture: 4 mn

Le Guide de survie à Vancouver

Une fois n’est pas coutume disait l’autre, je m’en viens donc, plein de bonnes volontés, concocter un petit guide de survie à l’usage des nouveaux arrivants (ou quiconque va viendre pendant la période de folie de février).

Nous allons partir du concept que vous êtes un pvtiste/rpiste/canadien, whatever you want. Vous ne savez pas où aller, vous ne savez pas où chercher du travail, un logement, un lieu où savourer une ch’tite bière ?

Pas de problèmes, je suis là pour ça !

Premier pas donc côté logement !

On va se diriger vers les AJ:

Le Cambie Hostel, le Hi Vancouver Dowtown ,  le CN Vancouver et le Samsun. Comptez entre 20 et 25 bucks par nuit avec tarif spécial pour la semaine (Pascalounette pourra vous renseigner sur le Cambie, elle y a campé longtemps…).

Mon préféré – et le seul où j’ai foutu les pieds d’ailleurs – est caché du côté de Metrotown et se nomme le Vancouver Backpacker Guesthouse. C’est calme, ça ressemble pas à une auberge et après un long roadtrip, c’est le bon plan pour se poser.

Ensuite, viens l’heure d’aller fouiner pour les papiers, l’accompagnent dans la recherche de travail et tout.

Deux endroits sont recommandés:

Educacentre: le collège francophone du coin. Mes seuls contacts avec eux se sont résumés à un appel téléphonique. J’en entends du bon et du moins bon… Conception de cv, ateliers de formation et tout le toutim habituel. A noter une attente de deux semaines pour avoir un rendez-vous (pour mon cas…).

YMCA Granville: Dix minutes pour s’inscrire et faire le tour du proprio. C’est grand, anglophone et gratuit. On vous forme aux cévés canadiens, aux entretiens, on vous prête des vêtements pour ladits entretiens et y a même des cookies gratuits. Une grande salle pleine de pécés connectés au net et un grand babillard d’emplois. Honnêtement, c’est the place to use si vous avez besoin de résultats et que vous êtes prêts à vous investir un minimum dans une recherche d’emploi sérieuse (et non pas à vous faire accompagner main dans la main…). L’équipe sur place est ultra compétente, super sympa et a l’habitude de voir défiler X nationalités. Je recommande chaudement.

Pour ladite recherche, quelques liens que j’aime bien:

L’inévitable Craiglist
Pour le tourisme: GO2
Pour la francophonie: le babillard Educacentre

Maintenant, vous êtes parés, vous travaillez et vous voulez un chez-vous ?

Here we go !

Avant tout, ciblez votre recherche. Ne partez pas habiter dans les “lointaines” Burnaby, Richmond et autres villes contigües alors que vous bossez downtown. Checkez donc le site des transports du coin et essayez de calculer combien de temps vous allez mettre pour aller d’un bout à l’autre de la ville.

Le prix des loyers est élevé, ne nous cachons pas. Une chambre en colloc’ se lâche à environ 500 dollars/mois et tout n’est pas nécessairement inclus. Allez toujours visiter histoire d’être sur que vous n’allez pas vous retrouver dans un salon avec des rideaux faisant office de mur (comme j’ai pu le constater par moi-même…).

Si vous avez trouvé le quartier de vos rêves, baladez-vous dedans et cherchez les écriteaux “For rent”. Ou allez-y carrément au culot ! Demandez aux concierges dans les immeubles par exemple… Les petites annonces sur les vitrines des immeubles sont de bonnes possibilités aussi. Enfin, le plus gros pourvoyeur reste encore et toujours Craiglist , rubrique Housing/Rooms shared.

Vous êtes posés chez vous ? Vous avez trouvé votre HSH (Home Sweet Home !) ?Allons donc boire un verre ensemble !

Je suis fan de trois lieux: le Railway Club (Duinsmuir @ Seymour), le Cambie Bar (Cambie St), le Loose Moose (Nelson @ Granville) et tous les bars irlandais de Granville !

Comptez entre 4 et 6 bucks pour une bière, selon que ce soit une Microbrasserie ou un gros truc canadien (Molson, Kokanee and co).

Suite et fin demain avec le shopping, les voitures et le transport en commun