temps de lecture: 2 mn

Yukon prends pas tout.

Il est beau ce titre la hein ? Dans la lignée des autres. Patrimoine génétique, héritage culturel… Tout ce que vous voulez mais ne m’incriminez pas si vous n’êtes pas satisfaits de mes entêtes.

Si vous venez ici, c’est que vous le valez bien après tout. Je t’aime ô mon beau lectorat qui a battu hier le record de fréquentation quotidien de ce lieu. 58 visites. Mon (notre ?) Everest blogesque. A ce rythme-la, on fera bientôt le tour du monde ensemble.

Bon, fin des louanges. Revenons à nos quadrupèdes bêlants à blanche toison. Ceux-là mêmes qui nous donnent de si bons fromages, si spécifiques à notre cher pays…  Ces mêmes fromages hors de prix ici. Je suis en manque. Je tourne en rond dans l’appart’ en grognant. Et quand je me balade au supermarché, je pousse le hurlement barbare du primate grognon devant le rayon laitier.

Camembert, pyrénées, morbier.
Vous me manquez.

Roquefort, bleu, raclette.
C’est pas de la moquette.

Gouda, mimolette, tomme
J’en veux des tonnes.

Vous comprendrez ma douleur. Mon état de désespoir avancé. Quand j’écoute le “composteur des lilas”, j’pense à du gruyère. Avec des trous. Du coup, pour combler mes envies, je me rabats sur le cheddar. Et lui, il prend cher. Du paquet de 8, je suis passé à 48. Je l’accomode à toutes les sauces. Partout. Des patates aux nouilles. Passe partout le cheddar.

(Sylvie, si tu lis ces lignes, pense à moi, pense à moi aaaaaaahaaaaa)

Autrement, sur des plans beaucoup plus prosaïques… Entretien fort enrichissant à l’annexe du Tourisme du Yukon. Plein de papiers récupérés, des demandes de financement, des contacts… Je me donne une ou deux semaines pour boucler le dossier et le soumettre au responsable du coin.

Dépôt de Cv, encore et toujours. J’élargis le cercle de mes recherches aux Hôtels et magasins divers. Résultats attendus dans les jours prochains.

Ce soir, grand évènement qui fera causer dans les chaumières. Virgie m’a expliqué (mais ne le savais-je pas déjà ? Je ne pense pas) le principe du truc du machin chouette sur le four qui fait que la température est autogérée par un refroidissement latéral du circuit alternatif bimodulaire compensé par un bidule ultra… Bref.

Je m’étonnais que le four semble éteint alors qu’un sublime gratin de macaronis (Ehhhh Macaronis !) cuisait. En fait, c’était une ruse du ladit four car il était trop chaud. La preuve, le voyant s’est rallumé après. Ebahi je fus. Pauv’ paspeurdexpliquercommentmarchentlesthermostatsdefour. Des fois, elle doit se demander dans quel monde je vis.

Ceci étant dit. Je ne vois guère plus de choses à vous raconter. Ah si. J’ai acheté une cafetière. A 5 dollars cinquante. Donc tous les matins, je serais tranquille. Très tranquille. Plus de lavasse bouillante.

Du vrai café.

Du pur café…

Canadien…

(Sylvie… Ajoute du Carte Noire à ma commande…)