temps de lecture: 8 mn

Tekapo ou pas kapo ?

La honte me submerge, le doute me détruit et une pensée me fait m’enfoncer dans les affres abyssaux de la douleur depuis deux jours pleins: je n’ai jamais écrit en ce lieu sur mon de coin de NZ (presque) préféré, où j’ai passé deux jours délicieux à gambader comme un bouquetin (ou chamois) tout en mitraillant le paysage et les oiseaux tel un paparazzi sans scrupules.

Quel est donc ce lieu qui te rend d’un coup si lyrique, se demandera à juste titre mon aimé lectorat ?

Et bien je me fais fort d’y apporter quelques éléments de réponses ci-dessous:

  • Il est en Nouvelle Zélande.
  • Il est sur l’ile du Sud.
  • Il couvre 83 km².
  • Il y a un observatoire sur une montagne adjacente
  • L’église de Notre Dame des Bergers est bâtie sur sa rive

Il s’agit donc, bien sur, du Lac Tekapo !

J’y suis arrivé  un petit peu par hasard, sans trop savoir de quel côté j’allais et carrément en avance sur le semblant de planning plus ou moins salement programmé à l’époque, étant très courtoisement déposé, après une riche journée de stop, dans l’un des deux backpackers du coin, le Lakefront Lodge, qui n’arrache pas – loin s’en faut ! – quelques pattes à un canard mais remplit relativement bien sa fonction de boite à dodo, avec une grande cuisine, des chambres de taille correcte et un wifi pas gratuit. J’ai regretté en passant l’absence totale de Book-Xchange (le meilleur concept du siècle) mais suis tombé sur une merveille en français, que vous découvrirez en cliquant sur lien idoine, par ici !

Dès le premier soir, un petit souci s’est posé et qui m’a très fortement contrarié: le refus subit de ma Gold de remplir son usage dans le bouiboui asiatique du coin. Les douces frites de patate douce et leur délectable poisson pané adjacent me sont passés, littéralement, sous le nez, loin de ma bouche et à moult distance de mon bide.

Vous seriez dans le bon droit de me dire que les ATM existent et sont sensés pallier à ce désagrément mais, en faisant cela, vous ignoriez la règle d’or du tourisme néozélandais, vérifiée en amont à Franz-Joseph:

En un lieu touristique, des ATM facilement trouver tu devrais,
Mais fol est qui s’y fit, les kiwis disant, que nenni, que nenni !

Des automates, moult nous avons,
Mais dans les supermarchés fermant à 7 heures, seront !

Très désabusé tu seras,
Des frites ne mangera pas,
De nouilles chinoises, te subtanteras !

Phoque you, même si la blague est éculée.

Une nuit passe, la lune est partie se reposer dépinglant les étoiles au passage, saluant le soleil au, lui souhaitant de passer une bonne journée et tout le tralala habituel.

Peu de temps après ces notables événements, c’est fier et hardi que je suis parti explorer le Lake Tepako Village, une espèce d’enfilade de bâtiments divers alignés le long de la Highway, sans aucun charme du tout. On y trouve des restaurants (chers), un bar (cher), un supermarché (cher) et quelques hôtels (chers).

Un peu plus bas, en s’éloignant de la foule et en allant vers le Lac, on trouve une petite église toute belle, posée délicatement sur le rivage et dédiée au Bon Berger et dont voici la vue intérieure.

Faire une croix sur le Paysage

La vue extérieure, est quant à elle, un poil plus problématique:

Overcrowding

Les fans des toutous ne manqueront pas de faire un petit détour (45 secondes sur les phalanges, histoire de faire plaisir à Mumu) pour admirer la statue canine sise à proximité:

Ouarf

Ayant rendu un court (mais intense) hommage à ces deux lieux de renommée quasi mondiale, c’est avec entrain et à pied que je suis parti randonner dans les monts des alentours, avec pour simple objectif de profiter au maximum de la solitude présumée offerte (il faut dire aussi que les autres touristes ne restent pas, squattant les gros bus tout le temps) par l’escalade d’une colline boisée: le Mount John.

Grand bien m’en fit puisque cette délicieuse balade/randonnée d’une durée de 3 heures, avec retour via les berges du lac  m’a permis de profiter de trois trucs bien distincts:

1) Un observatoire/café situé au sommet (forcément), à prix très corrects et offrant une très belle vue:

L’observatoire, le seul, l’unique

Avis sur la vue.

2) Une rencontre intemporelle avec un Karearea, espèce de faucon local

Karé…

… à …

… Réa !

Il est resté là, perché sur son poteau, à me regarder d’un air assez rapace, se demandant probablement quel était ce bipède irrespectueux se permettant de le mitrailler ainsi. Je l’ai recroisé quelques minutes alors qu’il planait sur les ailes du vent:

Qualité dégueu, c’est pas ma faute.

3) Le Lac, tout simplement magique, dans sa grandeur, sa majesté et sa sérénité

Paradis

Paradis encore

Paradis Ter

La balade a été une oasis de paix et de calme: je n’ai croisé en tout et pour tout qu’un couple de VTTiste, deux amoureux et quelques bestioles inidentifiées (mais ressemblant fortement à des Lapinous d’Amour). Seul regret (mais très souvent recurrent): que les photos n’arrivent pas toujours à reproduire fidèlement la beauté du lieu !

Au final, je suis resté trois jours dans la région, me demandant si cela valait le coup d’aller vers le Mont Cook. Cependant, le mauvais temps additionné au coût du transport a eu raison de ma volonté et c’est un petit poil de tristesse que je suis reparti le lendemain vers Geraldine puis Akaraoa, la ville française perdue au creux de Christchurch.

Cependant, une chose est sure: si on m’ouvre un jour le cœur, on y trouvera dedans un petit morceau de Tekapo.