Scotland the Brave

A droite, une troupe de Highlanders jouent de la cornemuse.
A gauche, une tête bizarre émerge paresseusement d’un lac noyé sous la brume.
Au centre, une marmite, posée sur le feu, envoie des effluves de haggins.

Le décor est perdu dans des montagnes au sommet desquelles se dressent des cairns pierreux, défiant le temps depuis l’époque picte.

Vous l’aurez compris: je vais réaliser cet été l’un de mes vieux fantasmes en allant explorer pendant une dizaine de jours le pays béni des porteurs de kilt, des guerriers roux à longues tresses et des descendants de William Braveheart Wallace:

Scotland the Brave

Le programme se limite pour l’instant à un aller-retour Paris-Edimbourg et à un départ vite fait du côté d’Inverness, tout là-haut dans les Highlands.

Pays de Duncan

Pour la première fois depuis x² années, c’est de moi-même que je voyage puisqu’il ne s’agit nullement de boulot mais bel et bien de vacances (méritées ou non, c’est selon), considérant également au passage que ce n’est pas forcément au bout du monde qu’il faut aller pour trouver des Trukafère.

Je me ferais fort de vous communiquer en temps voulu les informations rituelles, comme d’habitude, notamment sur comment débusquer un Immortel et lui faire la peau.

PS: Je suis de même fortement preneur de vos informations, si tant est qu’un de mes légendaires lecteurs soit allé se promener de par là-haut !

3 thoughts on “Scotland the Brave

  1. T’auras une voiture ou pas ?
    Si tu veux du grand air et de la randonnée, j’en ai fait un peu :
    http://murielj.net/europe/royaume-uni/ecosse/ (voiture nécessaire)
    http://murielj.net/europe/royaume-uni/ecosse-rebelote/ (rando de gare à gare, il s’agit d’une branche d’un trail plus long que ça qui courre le long de la côte ouest)
    http://murielj.net/europe/royaume-uni/scotland-again/ (première rando accessible en bus à partir de Stirling et seconde en voiture)

    Pour un départ l’été, prévois de l’anti-moustique.
    Sinon, l’Ecosse c’est beau.

    1. Merci Mumu, j’attendais ton intervention.

      On n’a pas de voitures donc on va jouer au max’ sur les bus et/ou le covoiturage.

      Je note la « gare à gare » qui me parle bien !

      1. Sachant que nous n’avons fait ça qu’en une journée mais que si la météo est bonne, ça se fait en deux jour avec passage par le sommet plutôt que le col. De plus, ça peut être rallongé vers d’autres gares.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.