Quinze conseils (simples et efficaces) pour utiliser Twitter

Je voulais vous parler du Nunavik, du Svalbard et des régions du Nord. Hors, entre temps, je suis tombé (et je me suis fait mal) sur un papier de Tour Mag intitulé « Comment utiliser Twitter lorsqu’on est un professionnel du voyage » qui m’a fait hurler à sa lecture. Apologie de l’hypocrisie. Tactique du Follow-Unfollow pour faire grossir son chiffre. Croyance du mythe « C’est le gros chiffre qui donne l’influence »… Bref, un papier en contradiction absolue avec une gestion raisonnée, raisonnable et intelligente de Twitter, telle que pratiquée par beaucoup de gens (dont moi, bien sur). Je vous propose donc aujourd’hui quinze conseils (simples et efficaces) pour utiliser le petit oiseau bleu !

Quinze conseils (simples et efficaces) pour utiliser Twitter

1) Oubliez les chiffres.

Une croyance tend à faire croire qu’un compte à XXX² K de followers va avoir plus de légitimité qu’un compte à quelques dizaines (voire centaines) d’abonnés. Cela est une hérésie, une stupidité. Êtes-vous sur les réseaux sociaux pour communiquer ou pour afficher votre super méga grosse communauté ?

2) Oubliez le Follow Back systématique.

Quel intérêt avez-vous à suivre systématiquement et automatique chaque compte qui vous suit ? Politesse ? Non. Engagement ? Non. Pourquoi une réciprocité dans les abonnements ? A part faire grossir artificiellement votre chiffre, cela ne sert à rien. Sauf si vous voulez (encore) montrer votre gros compte à tout le monde (et ne rien en faire d’autre).

3) Ne passez jamais en gestion automatique.

La gestion d’un compte, sur Twitter devrait toujours être humaine, jamais automatique. Je suis terrifié quand je vois la colonne Activity de mon Tweetdeck devenir folle parce qu’un usager vient de se connecter et que son compte fait du ménage automatiquement : c’est immonde et à l’encontre de toutes les valeurs que vous êtes supposés défendre/présenter/mettre en avant.

4) Suivez ceux qui vous intéressent.

Vous n’avez aucune obligation de réciprocité dans les choix de vos abonnements. Pour garder votre Timeline pertinente, calme et intéressante, ne suivez que les comptes qui vous paraissent pertinents, intéressants, drôles, percutants. Suivre pour le plaisir de suivre, pourquoi pas mais, avec une TL ingérable et illisible, vous allez vite comprendre votre douleur

5) Ne faites JAMAIS de Follow-Unfollow.

Suivre un compte pour gagner un abonné et le virer dans la foulée, une fois le « +1 » enregistré : une hérésie, une saloperie, une immondice sans nom qui ne passe jamais inaperçue. Je me rappelle encore de ce photographe dont le nombre d’abonnements est passé de 9000 à 5 en une journée : aberrant (et le nombre de followers a baissé en conséquence).

6) Comme le 3 et le 5, mais ensemble.

Gestion de compte automatisée et Follow-Unfollow signifient un compte qui va suivre, se désabonner, suivre, se désabonner plusieurs fois en très peu de temps. Besoin de vous faire un dessin de ce qui suivre en terme d’image ?

7) Fuyez le cross-posting.

Un Réseau Social = Un post. Fuyez les parutions multi-supports qui signifient du multi-click pour vos abonnés,  un contenu sans queue ni tête à base de Fb.me (horrible), de photos instagram non visibles et de tweets parfois tronqués. Si vous possédez plusieurs comptes et que vous souhaitez poster le même contenu, ne le faites pas en même temps, ça évitera 5 fois le même contenu par 5 comptes différents en l’espace d’une minute…

8) Engagez-vous, rengagez-vous.

La base d’un réseau social, c’est le partage. Si votre compte Twitter ne vous sert qu’à diffuser votre contenu en relayant vos post Facebook, passez votre chemin, il ne vous sert à rien. Partagez donc les contenus que vous appréciez, mettez-en avant les articles que vous aimez et n’hésitez à solliciter des avis, à créer des discussions et des débats.

9 Ne retweetez pas vos retweets.

Il n’y a rien de plus pathétique que de voir le RT d’un RT. Quel sens essayez-vous de trouver en faisant cela ? Une chasse à la visibilité ? Du racolage social actif ? Vous pouvez remercier vos abonnés qui partagent vos contenus ou RT vos tweets. Gaffe par contre à ne pas 25 fois de suite en incluant à chaque fois le lien de votre article : c’est LOURD.

10) Ne soyez pas lisses

Comment voulez-vous faire parler et créer de l’engagement si vous vous contentez de suivre la masse et de bêler gentiment avec le reste du troupeau ? Démarquez-vous d’une façon ou d’une autre. Surfez sur la vague, prenez parti, lancez des #Hashtags drôles et impactant. Faites en sorte qu’on se souvienne de vous et qu’on désire interagir avec vous. Rien de pire qu’un compte sans âme ni personnalité.

11) Interagissez avec votre communauté.

Le pouvoir des hashags n’est pas une légende (qui a dit #TeamGivrés et #BattlePhoto ?). Utilisez à bon escient, dans le bon contexte. Cependant, comme point trop n’en faut, soyez légers et pertinents. Regardez ce qui marche, détournez-le, réadaptez-le… Amusez-vous !

12) Créditez TOUJOURS les photos !

Rien de pire qu’une image qui va faire XX² RTs mais dont l’auteur n’est pas créditée. Si vous souhaitez diffuser une image/photo réussie et qui plait, cherchez l’auteur original sur Twitter et associez le à votre tweet. A défaut, liez le site original. Respectez le travail des autres !

13) RT si tu aimes, FAV si tu hates…

N’est définitivement pas une technique de Community Management sur Twitter (sauf si vous êtes un Kikoo-Lol à la recherche du max de Rts et FAVs possibles).

14) Troller or not Troller ?

Si c’est avec bon goût, intelligence, finesse, classe et distinction, pourquoi pas. Autrement ? Fuyez !

15) Soyez vous-même, avec votre identité et vos valeurs.

Quoi de plus ?

18 thoughts on “Quinze conseils (simples et efficaces) pour utiliser Twitter

  1. Juste « racolage » ni passif, ni actif, c’est suffisant, hein 😀
    Pourquoi vouloir tout qualifier ?

    Sinon, sais-tu que tu peux follow des comptes sans pour autant les voir dans ta timeline : un très bon moyen de ne pas avoir à unfollower quelqu’un sans pour autant avoir à supporter ses tweets…

    1. J’aime bien qualifier les trucs, c’est l’un de mes plaisirs quotidiens !

      Yep, le système des listes, par exemple. Je suis sur que tu en es friande 🙂

      1. Pour twitter, même pas. Et je pensais plutôt au fait de masquer.
        Pour Facebook, par contre, oui, j’utilise énormément.

        Pour la qualification du racolage, c’est dommage parce qu’en le qualifiant d’actif, tu légitime du même coup l’idée qu’il puisse y avoir un racolage passif.

        1. Hum, pour la notion de racolage, je ne vais pas m’étendre, ce n’est pas le lieu (mais je vais chercher ça, c’est intéressant, en notant cependant que je ne l’applique qu’au RS !).

          1. Heureusement que j’ai pas attendu l’usage politique pour m’en servir 😀

          2. Faudrait une recherche sur le # mais je crois que mes premiers appels au racolage social datent de Twitter – 2010.

          3. Le débat qui a introduit cette notion dans le champs politique et la loi qui a suivi date de 2003. Bel exemple de concept politique très orienté qui trouve son chemin dans l’esprit des gens qui pensent l’avoir toujours utilisé et en oublient la connotation 😉

          4. En même temps, le terme de racolage est beaucoup plus vieux que ça non (tu es toujours sur la distinction actif/passif ou j’ai raté un épisode ?)

          5. Des discussions féministes en coms, j’adore 🙂 Ça me fait penser que la trad FR de « clickbait » (appât-clic) est « putaclic ». Difficile, en France, de sortir de cet univers putophobe…

          6. Racolage est bien entendu plus ancien mais c’est juste la qualification actif/passif que je contestais.

          7. Dans ce cas-là, il est plus que probable que ton interprétation soit correcte et que ma pensée ait été influencée par les débats auxquels tu fais référence. 🙂

  2. Très bons conseils, alors merci de nous les rappeler!
    Franchement, le follow-unfollow, c’est ridicule… j’imagine que c’est un truc automatisé, non?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.