temps de lecture: 9 mn

Quinze (bonnes) raisons de ne jamais créer un blog voyage

Une fois encore je quitte, le temps d’un article, le monde merveilleux des destinations pour m’aventurer vers des terrains plus décalés et ironiques. Après vous avoir parlé de mon assurance préférée, des moments gênants en voyage ou encore de mon Alphabet du Voyageur, je vous embarque aujourd’hui dans un article au ton mi figue, mi raisin, un peu désabusé, pas mal ironique et d’une subjectivité absolue. Pourquoi ne jamais créer un blog voyage, pourquoi vous vous sentirez mieux sans, pourquoi il n’apportera rien de nouveau et (surtout) pourquoi il ne vous rendra jamais riche !

 

Quinze (bonnes) raisons de ne jamais créer un blog voyage

 

1) Parce que cela ne sert à rien

Soyons honnêtes. A quoi cela sert-il de créer un blog voyage ? A rien, tout simplement. Après avoir posté les photos de votre première maison, vos selfies dans la neige/sous le soleil et avoir raconté vos déboires linguistiques des premiers jours, votre source d’inspiration va se tarir et devenir d’une banalité affligeante.  Voulez-vous vraiment parler de votre recherche d’emploi, de vos soirées beuveries seul chez vous ou de l’immense emmerdement qui vous envahit une fois l’euphorie des premiers jours passés ?

 

2) Parce qu’un blog, ça se remplit (et pas avec du vide).

Les premiers jours, tout est prétexte à écrire et à tartiner. Or, après quelques temps, la flemme s’installe. Le dernier article commence à dater et la motivation pour remplir à nouveau les pages vierges disparait rapidement. Un blog vide, c’est un blog mort. Un blog pas actualisé, c’est un blog décédé. Le votre sera-t’il mort-né, comme tant d’autres ?

 

3) Parce que votre Ego s’en portera mieux

Créer un blog voyage, c’est mettre les pieds dans un monde merveilleux appelé « la Blogosphère » où tout le monde se fait des bisous devant et est copain d’amour. Quand les gens vont vous lire, vous aurez un taux de retour proche des 101% de satisfaction « Oh mon bichon, tu écris si bien » ou encore « Wesh mec, j’kiffe ta prose, t’envoie du lourd ». En même temps, qui vient vous lire à part Tata Ginette et Tonton Robert ? Personne (mais ça, vous ne le savez pas), ce qui ne vous empêche pas de croire que tout l’internet attends vos papiers avec impatience (et de le clamer haut et fort). Comme « plus dure sera la chute », autant ne jamais sauter…

 

4) Parce que c’est (trop) réfléchir

Créer un blog soi-même, c’est mettre les mains dans un drôle de cambouis, vicieux et salace, à base de CMS, CSS, HTML5, WP et autre SEO. C’est devoir réfléchir de A à Z à la conception d’un site internet, trouver un nom de domaine, une charte graphique, une ligne éditoriale et des façons de fidéliser et développer son lectorat. Dommage, le temps des skyblogs, c’est fini…

 

5) Parce que c’est ultra-concurrentiel

A moins que vous ne décidiez de faire le tour du monde à l’envers en chevauchant un dromadaire manchot tout en jouant de la flute de pan avec vos fesses, soyez surs d’une chose: TOUT a déjà été fait. Le tour de l’Australie en Van, la traversée du Canada en moto, l’Amérique du Nord d’Inuvik à Ushuaia: vous ne serez JAMAIS un précurseur. Autrement dit, vous avez intérêt à avoir de sacrées compétences alternatives pour réussir à vous démarquer de la masse des autres blogueurs aux projets « aussi exceptionnels qu’inédits »…

 

6) Parce que vous ne serez jamais riche avec

Vous avez payé 3000€ pour une formation qui vous a promis que « bloguer, c’est voyager en étant payé » et vous attendez encore que ChoubidouTravelou vous rapporte ses premiers euros, 5 ans après sa création ? Bienvenue dans la vie réelle ! Les exemples de blogueurs vivant de leur blog – en France – se comptent sur les doigts d’une main et il est fort à parier que le votre fermera avant que vous ayez fini de rembourser vos dus…

 

7) Parce que vous allez devenir un morfalou

Si, un jour, vous goûtez aux joies d’un VP (Voyage de Presse), vous toucherez un certain Graal et ne verrez plus jamais les choses du même œil. Gratuité, 4*, plats somptueux… et la déontologie foulée au pied ! Dès lors, vous accepterez tout et n’importe quoi (« La ponte des saumons en Moldavie », « Tour gourmand de Dnierproprevost », « La chasse au caniche à Truelle-la-Rigolarde »…), sous le simple prétexte de la gratuité, de l’opportunité du voyage. Que personne ne s’intéresse au sujet, que vous soyez infoutus d’en tirer un papier correct ou encore que votre lectorat vous quitte à cause de ça: Ranafoot !

 

8) Parce que votre vie sociale va s’autodétruire

Si vous souhaitez malgré tout péréniser votre bébé et l’aider à survivre, il va falloir que vous soyez (plus que) présent sur les Héresse. Facebook, Twitter, Instagram, Pinterest… vos jours et vos nuits vont être hantés par les #FOMO, #YOLO et autres #Hashtags de l’enfer. Poster, écrire, réseauter, liker, retweeter encore et encore, pleurer quand les followers partent, hurler quand ils passent la barre (d’un multiple de…) des cents. Welcome To Hell, Goodbye your life et vos amis: votre smartphone est votre seul compagnon.

 

9) Parce que le Story Telling, c’est pas de la tarte

C’est bien beau d’avoir vécu une expérience démentielle si vous ne savez comment la raconter et en tirer un texte convenable, aussi inspirant que rêveur. Si votre seule capacité se résume à « Et donc voila, enfin bref, cépatoussamébon », parsemé de « Et alors, il vint m’attraper par-devant et j’ai crié de peur parce qu’il était pas beau tout en hurlant de peur à cause de sa mochitude pas belle »: laissez tomber, ne vous faites pas du mal et enregistrez-vous à la place: le podcast, c’est l’avenir (et on ne voit pas les fôtes d’aurtaugrafe à l’oral).

 

10) Parce que vous allez devoir lécher

Soyons honnêtes: ChoupinoubidouTraval est extraordinaire mais inconnu. Autrement dit: personne le connait et donc personne ne le lit (sauf Tata Ginette et Tonton Robert, vos deux meilleurs contributeurs). Pour changer ça, une vaste campagne de NetLinking s’impose. Cependant, comme vous n’avez un centime à claquer pour ce faire, vous allez suivre les bons vieux conseils de Tonton SEO (©) et demander du lien entrant de partout. Bien sur, vous allez envoyer un beau mail à base de « Smack, Slurp, Je t’aime, tu es beau, le meilleur et cela sera profitable à nos deux sites respectifs » à tous les blogs présents dans les 20 premières pages de Gougoule sur la requête « Blog Voyage » ainsi qu’ à tous les comptes twitters dépassant les 100 followers… Pour rien au final (parce que le NetLinking… CAYLEMAL !!!).

 

11) Parce que vous allez devenir un panneau publicitaire ambulant

Un Pop-up ? Pas de souci ! Un code affilié bien planqué ? Pas de souci ! Un petit lien grassement sponsorisé balancé au cœur d’un article ? Pas de souci ! Depuis que vous avez découvert que votre blog pouvait rapporter (au moins) 2€ par mois, vous n’arrêtez plus d’insérer des codes Adwords, des pop-ups, des bannières. Vous vous prostituez littéralement pour le grand Publicitariat, votre blog ressemble à un arbre de noël et vous êtes capables de chanter les louanges des 5 marques de voiture dans le même article tout en vous torchant avec votre déontologie et le respect de votre lecteur… Welcome to the Dark Side.

 

12) Parce que vous allez voir/faire du plagiat tout le temps

Il ne doit pas y avoir un seul sujet sur lequel X² articles n’ont pas déjà été écrits. Or, comme de bien entendu, vous venez d’écrire THE article de référence sur un sujet quelconque (copié à 99% sur Wikipedia d’ailleurs) en même temps qu’un autre type ? Plagiat ! Vol ! Infamie… et.. ah non… d’accord, c’est pas la même chose en fait… Avant de crier au loup et au feu, vérifiez donc l’exclusivité de vos dires et la véracité de vos sources. Si, par contre, vous vous faites vraiment plagier, gueulez-le haut et fort: personne (ou presque) ne fera rien mais vous aurez gagné instantanément des tas d’amis solidaires de vous sur les RS.

 

13) Parce que vous allez devoir cracher de la maille

Si vous pensez que tout est gratuit dans le monde merveilleux de la blogosphère, détrompez-vous: hébergement du site, achat d’un template premium, campagne de reach sur les RS, conseils SEO… Vous n’allez jamais arrêter d’ouvrir le portefeuille et de dépenser vos précieux deniers dans des bêtises. Et, si en plus, vous êtes assez tarés « je sais pas quoi mais je juge pas » pour balancer quelques milliers d’euros dans une formation blogueur, destinée à faire de ChoupinouTravelou.net « la référence » alors vous n’êtes pas rendus (mais alors pas rendus du tout).

 

14) Parce que vous allez devenir aigri et jaloux

Le premier article « comment faire sa valise » va vous faire rire. Le second vous faire ricaner. Le troisième vous exaspérer. Le quatrième vous faire pleurer. La recette pour cartonner est simple: de bon gros articles passe-partout, ultra généralistes, formalisant l’évident et enrobés d’une belle sauce pseudo-personnalisée. Si vous mixez ceci avec des Top Machin et des Top Bidules, vous êtes surs de cartonner (normalement). Cependant, quand vous essayez, ça ne me marche pas et vous regardez, incrédules, les autres articles exploser les stats chez les autres blogueurs. Jaloux, aigri et rancunier, vous décrétez que c’est de la merde et pondez un article rancunier « spécial buzz » où les plus gros sont attaqués…

 

15) Parce qu’un blog, ça n’existe plus.

Web Blog: journal intime en ligne.
Rien d’autre à ajouter !