Putain Panam’ !

Putain Panam’ !

35 ans que ça dure et j’ai l’impression que c’est parti pour encore longtemps. Entre toi et moi, c’est toujours la même histoire. De l’amour, de la haine, de l’indifférence. Je te quitte, je reviens, je pars, je me barre, je rentre. Je suis un boomerang ambulant. Je m’auto-jette en jurant de ne jamais refoutre les pieds et je finis toujours par rentrer un jour ou l’autre.

Putain Panam’ !

Depuis que je suis devenu un digital sédentaire, je passe la moitié de la vie à déambuler en toi. Je te cherche, je te scrute, je t’observe, je te foule et refoule. Je t’explore, en essayant de percer à jour. Qu’est-ce que tu caches derrière ta grisaille ? Quelles surprises sont à découvrir ? Qu’est-ce que j’ai encore à connaitre de toi, de cette ville où je suis né et où j’ai grandi ?

Putain Panam’ !

Parfois, tu me brises le cœur et tu me donnes envie de chialer, autant sur toi que sur moi. Quand tu es blessé, meurtri, attaqué. Quand tu provoques l’émotion du monde entier. Quand tu es visé. Quand on cherche à détruire ce qui fait ta force, ton caractère, ton unicité.

Putain Panam’ !

D’autres fois, j’ai envie de te claquer tellement tu me saoules, tellement tu m’agaces, tellement tu m’exaspères. Tourner en rond, détruire, reconstruire, bâtir et rebâtir. J’ai l’impression de voir un poulet décapité errer sans but et j’ai juste envie d’achever tes souffrances et de tout démolir pour repartir sur des nouvelles bases, saines, franches et propres.

Putain Panam’ !

Depuis la naissance de mon fils, je me demande si je fais bien de rester vivre ici. Est-ce que tu es vraiment la meilleure ville où un enfant peut grandir et s’épanouir ? Est-ce que tu m’offres les meilleures garanties ? La meilleure qualité de vie ? Les meilleures infrastructures ?

Putain Panam !

Tu sais ce qui me fait vibrer en ce moment ? C’est d’essayer de saisir ton âme en deux couleurs, en noir et blanc. C’est d’essayer de capturer des moments de toi, sournoisement, sans prévenir. J’ouvre, je dégaine, je vise, je shoote et j’emballe. Du black and white basique, des fois un peu retouché, un peu retravaillé, histoire de. Je trouve que tu es vach’ment binaire comme ville. Tout ou rien. Noire comme la crasse, la saleté, la pollution. Blanche comme la lumière, la beauté, la classe. Aucun juste milieu.

Putain Panam’ !

Je ne devrais pas écrire ça mais qu’est-ce que je kiffe me barrer avec mon fils et marcher sans but dans tes ruelles crades et pavées, en choisissant à chaque fois des nouveaux chemins.

Qu’est-ce que j’adore découvrir des trucs de folie, des vitrines qui font rêver et du bordel de street-art simplement génial. Je marche sans but, en essayant de flairer ton âme, de te toucher, de te saisir, sale insaisissable que tu es.

Putain Panam’ !

Je voulais écrire un article poético-onirique et voila que je me retrouve à laisser mes doigts courir sur un clavier et à déverser ma bile brute, à ne chercher aucune belle formulation, en mode décoffrage sec et violent.

Putain Panam’ !

Panam’Paris City.
75.
Ma ville, ma haine, mon amour.
Qu’est-ce que je t’aime !
Qu’est-ce que je te hais !

Putain Panam’,

Du coup, te voila comme je te vois à travers le viseur de mon appareil. Pleine de vie, d’amour, de beauté, de non-dit. T’es un mélange de folie douce, de gentils allumés, de barges profonds et d’une normalité granitique. T’es belle, t’es moche, t’es tout et t’es rien. T’es Paris.

cucqhjsw4aips2c

1169901_1692567974353378_504062326_n

cp1zzi9wcaepcdu

civk489w0aafe3t

cays4jfwcaaby-t

13745228_828479570620365_1957069110_n

14134983_318238218525601_2097837701_n

14135090_632198480294517_2043613501_n

14294898_1081228528581017_557056614_n

can_ldzwaaamlb9

13741161_1708177969435066_1001231046_n

13725512_1104917476249511_1958631980_n

13704371_1238600042847085_2117907375_n

13671958_1179980152064047_22687633_n

13561561_1655960481392296_1148373221_n

12063026_543072615850508_425665420_n

12751622_563292720492749_2081534901_n 13178526_1274022975958697_7021633816530795595_n 13266901_1037567332998640_1095363720_n

13557186_152866335124454_1373824706_n

13557006_905194649604103_2035810601_n

13556863_309601789372414_262934137_n

13532057_966606253452254_1748515110_n

13391190_950583261706504_1858590082_n
A très vite Paris !

Le blog va bientôt arborer de nouvelles couleurs, un nouveau thème, une nouvelle URL et même un nouveau nom. Et si d’aventure vous ne le saviez pas, sachez que je sévis également dans un second lieu : Once Upon A Dad, où vous êtes les bienvenus.

4 thoughts on “Putain Panam’ !

  1. Désolé d’être aussi catégorique, mais pour le §4, la réponse est NON. Tu décales l’échelle de temps de 30/40 ans en arrière, je ne dis pas, mais maintenant NON. Enfin tout dépend des perspectives que vous voulez lui/leur donner.
    Mon discours sonne alarmiste, négatif mais aussi réaliste…

    Signé, un type qui vous veut du bien !

    1. mais quel rabat joie ce type !! Cédric bloque ses commentaires, fais un truc 🙂

      j’aime beaucoup ton texte, brut, j’adore les photos (le noir et blanc va tellement mieux aux villes je trouve), et pour ce qui est d’élever un enfant en ville … moi, je ne le ferais pas mais moi, j’ai des envies de meurtres dès que je passe plus de 5 jours à Paris ! Plus sérieusement je pense que si les parents sont bien dans leurs bottes là où ils sont, l’enfant est à sa place, ville ou pas ville.

  2. Tout comme toi j’aime et je déteste Paris. Pourtant tout comme toi j’y suis née j’y ai vécu (enfin entre 0 et 1 an ensuite on a pris la direction de la proche banlieue) j’y ai passé 3 belles années en tant que lycéenne (que de merveilleux souvenirs j’en garde) j’y ai beaucoup traîné à ce moment là (surtout la nuit) et puis les enfants sont arrivés nous avons choisi les Hauts-de-Seine comme fief et pendant de nombreuses années nous n’y avons presque plus mis les pieds fuyant le bruit et la pollution la grisaille et la saleté.
    Aujourd’hui les années on passées la quarantaine approchant je prend de plus en plus de plaisir à re-découvrir Paris c’est lieux emblématiques mais aussi ceux plus secrets et cachés.
    J’avoue tout même apprécier de retrouver le soir venu le calme de ma banlieue verdoyante je pense que c’est pour nous le bonne équilibre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.