temps de lecture: 1 mn

Pascuale Jacta Est

Vendredi soir, nous avons inventé un nouveau jeu: le Pascaladit. Comme Jacquadi mais en infiniment plus chébran. Ainsi, Pascaladi “Ross River”.

Et nous avons dit Amen car tel était son bon plaisir (et ce que femme veut, Dieu veut mais c’est une autre histoire…).

Mais avant d’aborder le déroulement de cette escapade, bref retour sur vendredi soir, jour d’ores et déjà historique car étant celui des trente ans de notre Pascalougarou. Plusieurs éléments ont rendu cette soirée  exceptionnelle encore plus exceptionnelle, carrément supertionnelle: des Dory. Trois pour être exact. Dont une fille, frêle demoiselle pure et innocente dont on se demande ce qu’elle fait là, au milieu des deux Dalton en puissance que sont Nico et Matthieu..

Une trilogie doryenne, une paspeurdesours enjupée, un Nico F. oculairement nérobaratisé, une Alex’ plus suisse que jamais, un Cedric amusé et donc une alsacienne anniversarisée. Avec tout-plein-de-cadeaux super méga trop bien !

– Un billet de train pour aller faire une balade dans les montagnes d’Alaska.
– Un bol dédicacé qu’il faut pas laver dehors ni même dedans en fait sous peine de faire partir les KaceDédy.
– Une boite de bonbons “Make love, not war”
– Le choix de la destination pour son week-end: Ross River ou Skagway.

On a donc respecté la tradition, éteint les lumières, chanté les chansons rituelles et blablabla. Contente elle fut et rendez-vous pris le lendemain matin à 9.45 pour partir.

Gros aparté concernant ce rendez-vous qui nous est apparu surréaliste car il est de notoriété publique au Yukon que jamais, ô grand jamais, un ND ne fut présent à un horaire aussi matinal. Ce charmant m’sieur aime à se prélasser dans une couche douillette toute la matinée, fut-il aux Liards, en BC ou même à Whitehorse. Bref, personne ne pensait qu’il serait présent, lavé, rasé et habillé à l’horaire convenu. Comme quoi, on est super mauvaise langue du côté de chez nous, fin de l’aparté.

(et accessoirement fin de la première partie – rendez-vous tout à l’heure pour le récit épique du voyage).