temps de lecture: 2 mn

Pas haut les tas ! Pas haut les tas !

Ce que j’ai hurlé en voyant un but du portugais ce qui restait de mes stocks de lait après un week end de congés.

Rien. Ou presque.

Plus de béa bleu, ni rouge et encore moins vert. Plus de Half Half 10%. Des stocks d’oeufs qui ont connu les guerres civiles locales. De la Whpping Creams stockée là depuis trois semaines, en dépit du bon sens, et qui commence à voir apparaitre au loin les dates de péremption… D’ailleurs, demain, ça ne m’étonnerait pas que je doive jeter une bonne trentaine de ces charmantes petites briques de 250 mililitres. Mais je suis payé à ça…

Sinon journée franch’ment pas super active. Du coup de la baisse tragique du contenu de mon espace de travail, je me suis retrouvé à zoner du côté des jus de fruits frais. Et a les ranger, comme de bien entendu… De même que les cheddar xtra-old, moyen old et pas old.

Ah si. Grosse découverte essentielle pour mon avenir de travailleur voire tout simplement pour mon intégrité physique: ne pas couper du carton en regardant passer les girondes clientes yukonnaises. On peut se faire mal avec le bout d’un cutter.

Plaie superficielle sur l’index et le majeur, au niveau de la troisième phalange, peau entaillée sur moins d’un millimètre. Ricanements de ma voisine qui, elle, s’est déjà coupé trois doigts en une fois.

Toutefois, fi d’inquiétude, je vais très bien en dépit de cet accident malheureux. Tellement bien que j’ai fait une super BA aujourd’hui: j’ai sauvé un chien perdu. Si si. Une petite touffe de poils à quatre pattes léchant tout ce qui bouge. Et qui m’a foncé dessus en me voyant venir dans sa direction. Je crois bien que c’est la première fois depuis que l’Humanité a deserté l’Eden que je prends un canidé pour le porter. Et n’empêche que ça a réussi et que j’ai retrouvé le propriétaire qui m’a gratifié d’un viril et courtois “Thank you”.

Voila sinon situation stabilisée de par chez nous avec un périmètre clairement défini pour notre alsacienne de passage qui a hérité, à défaut d’un canapé, d’un matelas dans notre salon et même d’un placard. C’est-y-pas classieux ça ?

Aussi classieux surement que le poulet patates de ce soir découpé avec amour par notre Jim (inter)national. Je croyais pas que quelqu’un pouvait dépouiller ainsi une carcasse de poulet et en tirer autant de substance.

Ce qui m’amène donc à sortir cette phrase à contenu humoristique, catégorie insecte:

Qu’est ce qu’on retrouve sur certaines parties de personnes à problèmes capillaires et s’étant roulées dans l’herbe ?

Un pou laid des corps tiqués..