temps de lecture: 7 mn

Ostende’In ovation

Pour ce 5ème article de la série FlandreTrip, je déserte temporairement Anvers la belle pour vous emmener vers la dernière étape de ce BlogTrip, quelque part le long de la côte, dans une petite ville où il fait bon vivre, où les bigorneaux côtoient les restaurants gastronomiques, où Napoléon possède son fort éponyme et où l’on marche sur les traces de  Marvin Gaye, tout en errant gentiment sur l’infinie promenade longeant la mer.

En ce vendredi 19 septembre, je suis fier, heureux et comblé de pouvoir vous présenter Ostende !

Ostende 1 copie

Ostende’In Ovation

Mais, pourquoi diantre, aller donc passer quelques jours à Ostende ? La raison est des plus simples: lorsque nous avons créé le programme, avec The Place To Be, j’ai indiqué un désir aussi cher qu’essentiel à mon p’tit cœur de voyageur: voir la mer et pouvoir faire trempette dans une eau tropicale. D’autre part, je voulais découvrir un endroit pas forcement couru, dépaysant et offrant un panel d’activité assez varié pour complaire au redoutable blogueur voyage que je suis (ironie… ou pas !). Du coup, c’est fort logiquement qu’Oostend m’a été proposé et que j’ai validé cette ville, sans savoir du tout à quoi m’attendre. En cherchant dans mes souvenirs, rien n’était associé, de près ou de loin, à cette bourgade de 72 000 habitants sise dans la province de Flandre-Occidentale, surnommée la Reine des Plages, la Ville la plus britannique ou encore Le Paradis de la Bonne Bouffe (par moi). C’est donc sans idées reçues, sans préjugés et avec une bonne dose d’optimisme que j’ai exploré, découvert… et aimé !

Première approche

Disons-le tout net: Ostende est une petite ville et je crois qu’il est virtuellement impossible de s’y perdre. Pour caricaturer un tantinet, contentez-vous de savoir que la ville est organisée autour d’un truc principal: son front de mer et sa plage (presque) infinie. A partir de là, où que vous soyez, il suffit de se diriger en fonction de cet élément et vous êtes surs, à 101%, de pouvoir trouver votre chemin sans aucun problème. Avec DeT, nous y sommes allés véritablement à l’Instinct. Dès que nous sommes sortis de la Gare, nous nous sommes dirigés vers ce qui nous paraissait le plus logique, en nous repérant grâce à l’air iodé et aux effluves maritimes. De rues en rues, à travers un parc puis d’autres rues, nous avons eu assez rapidement une première impression: jolie, balnéaire, très XIXème siècle avec un certain charme désuet et de belles bâtisses aux noms délicieusement rétrogrades et surannés.

2013-08-21-1634

Cet hôtel où nous dormîmes

Une fois arrivés à destination, nous avons cru nous être trompé d’endroit tellement il nous semblait aberrant que nous puissions être logés dans un truc pareil: le Thermae Palace. Imaginez un immense hôtel situé en front de mer, avec un accès direct sur la place, des chambres à terrasses et un style 4* comme on n’en fait plus de nos jours et vous aurez une petite idée de la chance et le plaisir que nous avons eu de pouvoir être logés là-bas

2013-08-21-1635

Franchement, avec une vue pareille, comment ne pas être heureux ?

79iBPu
En prime, et ce qui ne gâche rien, le petit déjeuner est vraiment conséquent et suffit à remplir un estomac de Cedric pour quelques heures, ce qui n’est pas un mince exploit ! Du coup, même si je sais que mon lectorat adoré n’est pas forcement un adepte du Voyage en hôtel>1* j’ai quand même envie de dire que des fois, le luxe, ça a du bon !

Une circulation pas alternée

S’il est une activité principale à Ostende, pratiquée par tous, tout le temps, quelque soit les éléments, c’est bel et bien la flânerie le long de la mer. L’immense promenade, dénommée ZeeDijk, qui longe inlassablement la plage, est un lieu de villégiature privilégié par tous et toutes, à n’importe quelle heure du jour et de la nuit. Allant de la Kursaal au port, passant par les Galeries Royales et autres Portiques, c’est sans conteste (ou presque) l’un des attraits touristiques majeurs de la ville. Allant et venant, seuls, en famille ou en couple, les promeneurs prennent le temps d’avoir le temps, savourent une glace (achetées dans une des innombrables boutiques du coin), picorent quelques frites ou encore se contentent d’observer le ballet aérien des mouettes et autres goélands venus eux aussi se reposer. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, la balade ne devient jamais ennuyeuse. De nombreuses activités sont organisées en parallèle et les terrasses invitent forcement à se laisser tenter par un petit verre « pour la route, à la roots ».

Ostende 3

Cependant, pour aussi enchanteur qu’il soit, ce tableau n’est pas parfait. Il existe en effet, sur cette promenade, un danger sans pareil, une menace létale et obscure: les voiturettes et vélos de location. En effet (et c’est là l’activité ostendaise principale n°2), les locaux et touristes semblent aimer à pédaler follement et gaiement, sans respecter aucune réglementation autre que la loi du plus lourd. Si cela ne concernait que les bonnes grosses voiturettes, cela ne sera pas vraiment un souci. Mais NON, deux boutiques, au moins, sont spécialisées dans la création et la location d’engins absolument mortels, destructeurs, hannibalesque, plus destinés à favoriser l’amputation des piétons qu’à se déplacer. Ainsi, une simple petite balade amoureuse se transforme, par moments, en une folle séance de zigzags entre les mioches à tricycles, les familles en voiturettes, les ados en MachinTruk et autres inventions diaboliques.

La beauté d’un coucher (de soleil)

Qui dit Ostende dit plage.
Qui dit plage dit mer.
Qui dit mer dit été.
Qui dit été dit soleil.
Ce qui nous fait…
Ostende 5

Ostende 4

Les trucs utiles à savoir

N’hésitez à pas à vous rendre vite fait à l’Office de Tourisme local, située juste à côté du Casino (et donc pas loin de la mer): l’équipe est aussi efficace que charmante, aussi francophone qu’anglophone et les nombreux sourires de bienvenu dispensés à satiété par le staff m’ont vite fait oublier le temps maussade.

Pour nos activités, nous avons eu la chance de pouvoir, une nouvelle fois, disposer d’un formidable petit outil: l’Ostende City Pass. D’un prix modique (20€ pour 3 jours, 25€ pour une année !), il permet d’accéder à un nombre impressionnant d’activités, de musées: indubitablement un très bon plan quand le temps est couvert et que vous désirez faire autre chose que des aller-retour sous les arcades de la promenade en attendant que la pluie cesse.

Ostende est desservie par le Kusttram (Tram du Littoral) qui dessert la côte maritime belge de La Panne (près de la frontière française) à Knokke (près de la frontière néerlandaise): 68 arrêts sur 67 kilomètres, en 141 minutes !

Il y a un Bal du rat mort.

A suivre…

Au programme du prochain article: la culture et la nourriture ostendaise. En attendant, n’oubliez pas de voter aux Golden Blog Award et de faire de même pour toute la #TeamGivrés !