temps de lecture: 7 mn

Mon Chili en dix photos

En mai dernier, j’ai eu le plaisir de partir une semaine dans un pays aussi immense que magnifique (du moins pour « le peu » que j’en ai vu) : le Chili. A Santiago et à Atacama, j’ai fait mes premiers pas sur un nouveau continent, exploré une nouvelle destination et découvert une nouvelle culture. En ce mois d’aout aussi calme que lourd, je vous propose donc un nouvel article sur le thème des dix photos. Après la Finlande, l’Islande ou encore le Yukon, voici donc une sélection éclectique, personnelle et hautement subjective de MON Chili !

 

Mon Chili en dix photos

 

Le Salar de Agua Caliente

Jamais, au cours de mes voyages précédents, je n’avais été autant choqué par un tel paysage : lisse, minéral, brut. On dirait, lorsqu’on se promène sur les routes de l’Altiplano, qu’un peintre génial a composé, avec amour et patience, une peinture d’une beauté irréelle, qui donne envie de marcher, encore et encore.

 

L'arche du Pukara

Le Pukarà de Quitor, situé à un jet de pierre en vélo de San Pedro de Atacama, fut une surprise assez exceptionnelle. Si le site archéologique se visite relativement vite, il n’en va pas de même avec la randonnée vers le Mirador où l’on croise cette arche offrant vue sur les spectaculaires volcans de la légendaire Cordillère des Andes !

 

Le salar de Agua Caliente

Quand l’aquatique donne rendez-vous au végétal dans un décor de montagne, c’est comme si la vie traçait son chemin envers et contre tout. Même dans cet univers âpre et rocheux, le voyageur trouvera de quoi se reposer, les pieds dans l’eau et la tête au vent, plongé dans un spectacle programmé depuis la Nuit des Temps

 

coucher de soleil Santiago

Santiago, la capitale du Chili. Je n’ai passé qu’une seule journée dans cette ville cosmopolite où se croisent toutes les cultures de l’Amérique du Sud et où les pays se devinent sur les visages. De cette journée, je garde un souvenir précieux : un coucher de soleil aussi intense que beau.

 

attraper le soleil

J’ai attrapé le soleil. J’ai gardé un rayon au creux de ma main, précieusement refermée sur une ligne de lumière. Enfoui dans ma poche, je le ressors quand mon cœur est triste, quand mon humeur est maussade ou quand j’ai besoin de rêver encore et encore, à hier, aujourd’hui ou demain.

 

paysage altiplano ter

Fasciné. Émerveillé. Bloqué. Toujours et encore cet incroyable minéralité, pure et absolue, de pierres travaillées depuis des millénaires par des forces inconnues et nommées Vents, Temps, Pluie et Ouragan. Le plus fou des dessins, la plus belle des arabesques dans le plus théâtre possible : la Nature.

 

arbre chili

L’amour envers un Pays ne se mesure pas seulement à l’émotion ressentie devant la beauté de ses paysages. Il s’exprime également au travers de coups de foudre, quand un intense frisson vous parcourt de la tête aux pieds l’espace d’une milli-seconde, electrisant tout sur son passage. Moi, devant cet arbre, caché quelque part au large de San Pedro, je suis tombé amoureux.

 

sur ma dune

Je n’avais jamais marché dans un désert. Grâce à la gentillesse et à l’ingéniosité de « mon » chauffeur attitré, j’ai eu l’extrême plaisir de pouvoir me balader, seul au monde, dans un univers jaune, rocailleux, glissant et d’une beauté à couper mon souffle : le désert de San Pedro de Atacama. J’ai rigolé, descendu, monté et accompli un souhait aussi vieux que moi.

 

Le ciel de San Pedro de Atacam

Quand je regarde les étoiles, je sais que je ne suis pas tout seul au monde. Le ciel est comme un ami, avec ses repères fidèles qui ne changent que si peu. A Wanaka, en Finlande ou au Chili, j’ai toujours aimé me plonger dans l’infini et imaginer, sans frontières ni barrières. La nuit chilienne est d’une pureté sans égale, profonde, mystérieuse, intégrale.

 

Le relief du Chili vu de l'avion

A l’aller, depuis le hublot de mon avion, j’ai failli pleurer en voyant le soleil se lever sur les Andes. Au retour, je me suis contenté d’être ému, me promettant à moi-même de revivre ces émotions, ces moments d’authenticité, de bonheur, de découverte, comme seul un voyage vers l’inconnu peut en offrir.

Si cette sélection de photos vous donne envie d’être voir plus, n’hésitez à venir en découvrir d’autres ici, dans l’album dédié de ma page Facebook. D’autre part, j’en profite pour remercier une nouvelle fois le staff de Azimuts 360 pour leur gentillesse, leur patience et le temps consacré à répondre à mes questions/souhaits/demandes. Un autre merci, de par ailleurs, à Manu des Journaux de Voyage pour le prêt de l’appareil photo !