temps de lecture: 7 mn

Manger à Santiago

Santiago, la capitale du Chili. Pendant une journée, j’ai eu la chance de pouvoir parcourir la ville et de découvrir son patrimoine gastronomique, entre marché(s), restaurant(s), troquet(s) et petit(s) bars. En quelques lignes et quelques photos, voici mes conseils, testés et approuvés, pour manger bon, local et pas cher !

bannière

 El Mercado de la Vega

SI vous cherchez à partir à la rencontre des locaux, à trouver des bons petits restaurants pas chers, loin des foules touristiques, foncez au plus grand marché de Santiago : El Mercado de la Vega ! A l’opposé du Mercado Central, spécialisé dans les fruits de mer (et ultra fréquenté), la Vega est un superbe endroit grouillant de vie et où l’Amérique du Sud se croise à chaque mètre, autant dans les visages des vendeurs que dans les produits des étals.

El mercado de la Vega

Avant de vous y rendre et de dégainer votre appareil dans tous les sens, sachez que vous ne visitez pas un zoo et que les photos ne sont pas spécialement appréciées, surtout les gros plans sur les faciès incas, péruviens, boliviens et autres. Contentez-vous d’apprécier les odeurs, de savourer le voyage visuel, olfactif et sonore et faites, pour une fois, l’impasse sur le mode Paparazzi : l’expérience n’en sera que meilleure pour vous ! Les plats que vous trouverez y sont typiques, pour peu que vous n’ayez pas peur de vous lancer dans des dégustations parfois inattendues. Pour ma part, j’ai commencer par goûter un Sopaïpilla, une sorte de beignet frit qui se déguste avec de la sauce (ici un truc épicé), chaud et moelleux.

IMG_20150510_121027_1

J’ai ensuite enchainé par ce même sopaïpilla, accompagné cette fois-ci d’un pebre, d’un ajiaco, et d’un porotos con mazamorra. Le pebre est une sorte de condiment que l’on retrouve (un peu) à toutes les sauces dans la cuisine locale. C’est succulent mangé avec du pain !

El pebre

L’ajiaco, quant à elle, est une soupe de pommes de terre, recette colombienne, accompagnée de morceaux de viande. C’est le plat le plus répandu dans le pays, trouvable à petit prix, très nourrissant et bien chaud !

Ajiaco

Enfin, le porotos con mazamorra est une recette de haricots demi-sec, cuisinés sous forme d’un truc situé entre la soupe et la galette. C’est, en tout cas, très bon !

porotos con mazamorra

Les boissons locales

Comme de bien entendu, ma découverte de la culture locale ne pouvait passer sans une tournée des différentes boissons que boivent les chiliens. Ma première approche s’est faite en compagnie d’un mote con huesillos, une sorte de cocktail à base de blé cuit et de pêches séchées. On en trouve un peu partout, à prix dérisoire et c’est tout à fait gouleyant, à mi-chemin entre le liquide et solide !

mote con huesillos

Tout de suite après le repas, c’est avec un cola de mono que j’ai fait passer la (solide) nourriture précédemment ingérée. Ce cocktail chilien (réalisé à base de lait, sucre, café, clou de girofle, cannelle et eau-de-vie) se boit normalement en période de noël, histoire de faire passer le mal de tête des bitures de la veille (d’après mon guide). Le boire m’a fait penser à un Irish Coffee (allez savoir pourqoi !).

IMG_20150510_130707_1 Cola de mono

Comment passer outre les sublimes vins chiliens ? En accompagnement d’une empanada de poisson, j’ai pu apprécier la douceur d’un cépage de qualité, blanc comme j’aime. Soit dit d’ailleurs en passant que ce plat (et la bouteille) ont été consommés au Galéon, un restaurant sis près du Mercado Central, super, super, super fréquenté.

Empanada

Vino bianco chileno

Dernière dégustation de ma journée : un pisco sour (surnommé par moi-même « le coup de grâce), un cocktail péruvien à base de pisco et de jus de citron vert. Pour ceux qui demandent, le Pisco est une eau-de-vie de raisin, revendiquée par le Chili et le Pérou comme leur boisson nationale.

Pisco Sour

Une bonne glace

Pour me rendre heureux, pas besoin de se prendre la tête : ramenez-moi fissa fissa manger une glace chez Emporio la Rosa .Située au Av. Las Torres 1424, dans le quartier bobo de Santiago, c’est un marchand de glace extraordinaire, bon, pas cher et souriant. MON adresse préférée pour se faire plaisir !

Emporio la rosa

Un bar chouette où boire un verre

L’âge, la fatigue ou la flemme, toujours est-il que je ne suis pas sorti bien longtemps dans Santiago la nocturne. Cependant, mon errance m’a fait découvrir le chouette Café 202, bien caché, avec une terrasse, des bières locales, la possibilité de manger et de se délasser (Wi-Fi dans la place). C’est au Estados Unidos 202, dans un coin pas ultra fréquenté du Barrio Lastarria. Comptez 3000 pesos pour un duo Bière et Muffin.

Cafe 202 de Santiago

Et vous ?
Quelles sont vos adresses et bons plans à Santiago ?