Cinq musées parisiens que vous ne connaissez (surement) pas.

par Cedric Tinteroff

Cinq musées parisiens que vous ne connaissez (surement) pas.

Cinq musées parisiens que vous ne connaissez (surement) pas.

Cedric Tinteroff
Photos : Cedric Tinteroff
16 juillet 2017
Balade culturelle, textuelle et estivale en la Capitale.

Parfois, on pense connaitre une ville. On pense savoir où se trouve les musées, les lieux d’intérêts principaux, les attractions touristiques de premier ordre. Et puis, parfois, on est surpris. On découvre, en se promenant, une porte inhabituelle, une ruelle surprenante et on entre, sans prévenir, dans un autre univers, plein de surprises. Ainsi, c’est ce que je fais durant les dernières semaines : je suis parti à la redécouverte de ma ville. J’ai coché des lieux, encerclé des endroits sur une carte, établi une liste. Avec Fils, nous avons parcouru Paris, sommes retournés en des places que j’avais oublié. Aussi, que vous soyez parisiens de toujours, simple touriste ou nouvel arrivant, laissez-moi vous proposer cinq suggestions de visites (plutôt) méconnues  – de celles qui ne font pas la une des guides – mais ô combien riches et belles. 

Aux quatre coins de la Capitale, cinq musées tous différents : une maison d’artiste, l’appartement d’un philosophe positiviste, une chapelle monarchiste, un étage caché dans un commissariat et un musée de guerre. Cinq expériences à vivre à votre rythme, cinq assurances de passer un moment drôle, émouvant, instructif, reposant. Cinq raisons de partir (re)découvrir Paris !

22, v'la le Musée (de la Police) !

Si vous êtes un habitué du 5ème arrondissement, vous êtes déjà surement passé des milliers de fois devant le commissariat dudit arrondissement, sis à côté du métro Maubert-Mutualité, dans la rue de la Montagne Sainte-Geneviève. Cette massive et lourde tour, qui a tout de la forteresse, recèle en en son sein bien plus que de sombres histoires nocturnes car le promeneur curieux y trouvera un musée, unique en son genre : le Musée de la Police !

Capture d’écran Google Maps

 

Qu’y trouve-t’on ?

Si vous vous demandez ce qu’on peut trouver dans un tel musée, la réponse est simplissime : de tout ! Le fil rouge de la collection est chronologique. Les collections suivent peu ou prou la Police à travers l’Histoire de France, depuis les temps ancestraux jusqu’à l’époque contemporaine. Cependant, ce qui fait la force de ce fil rouge, c’est la variété des objets présentés : une collection de couteaux côtoie le moulage d’une tête décapitée, des prospectus du Docteur Petiot, des menottes, une réplique de la guillotine, des résumés d’affaires macabres… 


Pourquoi y aller ?

Par simple curiosité ?

Je me souviens y être allé avec mon père, étant enfant et je garde un souvenir assez fort de cette visite. Une image particulière me revient en tête : celle d’une « épée de justice », l’instrument qui servait à décapiter les nobles, parmi tant d’autres ustensiles sanglants.

Ce que j’apprécie particulièrement en ce lieu, c’est la profusion des artefacts et pièces présentées. Pouvoir observer des documents historiques, regarder l’Histoire de près, affiner ses connaissances et s’en faire de nouvelles : c’est un luxe agréable que d’aller à la Source à une époque où tout semble pré-mâché et prêt à être englouti.

N’hésitez à y aller avec vos enfants, ils y sont les bienvenus et la scénographie est assez riche pour les impressionner et permettre de provoquer réflexion(s) et questionnement(s) quant au rôle, à l’action et à l’histoire de la Police depuis avant-hier jusqu’aujourd’hui ! Alors, certes, l’ensemble peut paraitre relativement austère et reste tout de même assez daté en ce qui concerne la mise en scène et la muséographie mais une visite du Musée de la Préfecture de Police reste un très bon moment et une belle opportunité de combler un planning vide en dernière minute !

Les informations pratiques

Où est-ce ?

Le musée se trouve au 4 rue de la Montagne Sainte-Geneviève, dans le 5ème arrondissement de Paris. Le métro le plus proche est Maubert Mutualité, sur la ligne 5. Pour y accéder, il faut rentrer dans le commissariat et monter au 3ème étage.

Quand est-ce ouvert ?

Le musée est ouvert du lundi à vendredi de 9h30 à 17h00 ainsi que le troisième samedi de chaque mois de 10h30 à 17h30.

Combien ça coute ?

Rien, l’entrée est gratuite !

On y passe combien de temps ?

A minima, une bonne heure. Si vous aimez déchiffrer les étiquettes et vous plonger dans toutes les histoires racontées : beaucoup, beaucoup plus longtemps !

Enregistrer

Comte et Légendes : dans la Maison d'un Positiviste.

C’est étrange, parfois, la Vie. Cela fait maintenant près de six ans que je vais à la maison d’Auguste Comte au moins une fois par mois, que je pousse cette porte de la rue Monsieur le Prince, que je pousse derechef une seconde et que je monte les deux étages permettant d’accéder à l’appartement de ce philosophe positiviste dont l’œuvre est bien plus connue que ce vous croyez, y compris par vous même ! Il se trouve cependant que je n’effectue pas ce pèlerinage par passion pure pour le Positivisme, aussi intéressante soit cette doctrine. Ce serait plutôt par affection, habitude et envie que je me rends vers Odéon, en ces lieux auxquels mon histoire intime et personnelle est liée pour très, très longtemps. Pour autant, ce n’est pas pour ces raisons que je vous pousse à effectuer ce même chemin car, en vérité, une seule chose doit être retenue : la Maison d’Auguste Comte vaut, purement et simplement, le détour !


Pourquoi y aller ?

Honnêtement, j’ai toujours cru, jusqu’à ma première visite sur place que ce genre de musée était réservé aux fans purs et durs, aux chercheurs croulants sous le double poids de l’âge et des travaux, aux touristes égarés ou aux simples passants perdus. Maintenant que les années ont passé et que je suis devenu quasiment un habitué des lieux, force m’est de réviser mon jugement. Pour autant, j’avoue être dans la difficulté pour répondre en toute objectivité !

Du coup, pourquoi donc aller visiter la Maison d’Auguste Comte ? Et bien, je suppose que la volonté d’en savoir plus, d’en connaitre d’avantage sur ce personnage doit jouer pour beaucoup, de même que la surprise, la recherche d’inhabituel ou encore la lecture d’un article d’un blog de voyage ! Peut-être est-ce cette visite peut être motivée par une gratuité (comme lors des nuits européennes des Musées ou des Journées du Patrimoine). Il se pourrait également que votre attention soit portée sur les rencontres et débats philosophiques qui y sont régulièrement organisés !

Enfin, il se peut que vous soyez tout simplement brésilien, positiviste ou curieux, voire même les trois à la fois…

Que voir à la Maison d’Auguste Comte ?

La première chose qui marque le visiteur en entrant dans l’Appartement-Musée, c’est une impression d’intemporalité, de temps figé, de retour en arrière. L’impression n’est guère trompeuse car, depuis 1857 et la mort de son locataire, rien n’a été changé en ces lieux !

Les 150 m² ont été conservés en état par ses disciples qui « poursuivirent son œuvre et continuèrent à y administrer les sacrements de la Religion de l’Humanité ». Autrement dit : préparez-vous pour un sacré voyage dans le temps et à un gros choc si vous vous êtes toujours demandé comment était la vie à Paris au XIXème siècle.

 

Durant tout le temps de votre passage, vous aurez vraiment le sentiment véritable de partager quelque chose. Serait-ce l’influence de notre hôte ? Serait-ce l’intimité offerte par ce lieu de recueillement, de fascination ? Veillés de loin par le regard de David Labreure – le responsable aussi courtois qu’érudit (il est une source de savoir qui semble inépuisable), vous n’aurez qu’à vous glisser à pas feutrés de pièce en pièce, à votre rythme, sans pression ni stress. Le support pédagogique est riche et bien renseigné et bien peu de zones restent dans l’ombre, aux pire défrichées, au mieux approfondies !

David Labreure, le responsable de la Maison d’Auguste Comte.

Informations pratiques

Où est-ce ?

La Maison d’Auguste Comte est située au second étage du 10 rue Monsieur Le Prince, dans le 6ème arrondissement de Paris. Le métro le plus proche est Odéon. 

Quand est-ce ouvert ?

La Maison d’Auguste Comte est ouverte tous les mardi de 18 à 21 heures et tous les mercredi de 14 à 17 heures.

Combien coûte l’entrée ?

Le prix est de 4€ pour les adultes, 2€ pour les étudiants. La gratuité est accordé aux bénéficiaires des minima sociaux et aux demandeurs d’emplois. 

On y passe combien de temps ?

Entre quinze minutes et deux heures.

 

Enregistrer

À en perdre la tête : la Chapelle Expiatoire.

24 : c’est le chiffre quotidien moyen des visites à la Chapelle Expiatoire pour l’année 2016. C’est dire si le site est méconnu pour une grande majorité des parisiens ! Paradoxe suprême ou ironie de l’Histoire, lorsque l’on sait que ce même site se trouve à un jet de pierre de la Gare Saint Lazare et des Grands Magasins, véritables fourmilières de la vie capitale. Pour ma part, j’avoue non sans honte que c’est par le plus grand des hasards que mes pas m’ont amené, un jour d’hiver et de pluie, dans ce secteur. Mon regard ayant accroché un panneau indicateur, je suis arrivé jusqu’à un jardin et à un panonceau annonçant la fermeture exceptionnelle du site. Las : il m’a fallu quasiment deux années pleines pour retrouver l’envie, le besoin et la motivation pour y retourner… et ce fut une décision des plus judicieuses !

Pourquoi aller à la Chapelle Expiatoire ?

Autant vous le dire de suite : j’ai trouvé le site absolument fascinant pour de nombreuses raisons. L’une d’entre elles (et surement pas la moindre) est qu’il s’agit probablement du premier bastion ouvertement monarchiste que je visite à Paris. Quand je parle de « bastion monarchiste », je pense choisir mon expression avec soin car la Chapelle Expiatoire a été bâtie en pleine Restauration sur le souhait de Louis XVIII et est destinée, originellement à « réaffirmer l’autorité du principe monarchique, et rappeler le péché que constitue la mort de Louis XVI ».  Autrement dit, c’est une bâtisse religieuse visant pleinement à célébrer la mémoire du couple royal décapité pendant la Révolution : Louis et Marie-Antoinette. Le lieu de l’édification n’a d’ailleurs été nullement choisi au hasard. En effet, on trouvait auparavant au même endroit l’ancien cimetière paroissial de la Madeleine où étaient inhumés les corps des suppliciés. Si vous avez tout bien suivi, c’est donc là que furent enterrés – avant d’être plus tard déplacés en la Basilique de Saint-Denis, les corps de notre royal Duo !

Pouvoir donc, en plein vingtième et unième siècle, visiter une sorte de Mausolée élevé par un monarque vite déchu en hommage à d’autres monarques constitue quelque chose d’insaisissable, d’éphémère, comme une douce moquerie totalement désuète, un petit peu hors-contexte mais au goût étrangement savoureux, aigre-doux, acide et délicat. Cependant, ce ne sont pas là les seules raisons de vous aventurer en la Chapelle Expiatoire. En réalité, le lieu constitue une telle oasis de paix, de silence et de solitude que cela vaut simplement le coup de vous y rendre, ne serait-ce que pour quelques minutes de tranquillité.

Que voir à la Chapelle Expiatoire ?

LA chose immanquable, forcément, c’est la Chapelle en elle-même, paisiblement encerclée et protégée par deux galeries latérales voutées qui cache des regards extérieurs. Le petit jardin intérieur (Campo Santo en VO), ceint de pierres tombales élevées pour perpétuer le souvenir des gardes suisses tués le 10 août 1790 lors de l’arrestation du roi aux Tuileries, est tout ce qu’il y a de plus charmant. La perspective depuis le pavillon d’entrée jusqu’à la Chapelle est impressionnante.

Une fois entré en icelle, deux statues vous attendent : celles des défunts monarques. Toutes deux possèdent une très, très forte connotation religieuse ET dramatique. Sous les statues sont gravés – respectivement – la dernière lettre de la reine et le testament du roi. De part et d’autre de ces œuvres, quatre escaliers s’enfoncent vers la Crypte, pour une expérience désormais souterraine, en direction de la Crypte où se trouve un autel de marbre noir qui marque l’emplacement d’où le corps du roi a été exhumé.

Enfin, la visite s’achève par un passage dans les galeries latérales, où se trouvent de nombreux panneaux informatifs, supports idéaux pour approfondir la visite.

Les informations pratiques

Où se trouve la Chapelle Expiatoire ?

Elle se trouve dans le Square Louis XVI, au 29 rue Pasquier, dans le huitième arrondissement. Le métro le plus proche est Saint Augustin (et Saint Lazare, à peine plus loin).

Quels sont les horaires d’ouverture ?

La Chapelle Expiatoire est ouverte, entre avril et octobre, du mardi au samedi, de 10 heures à 12 heures 30 et de 13 heures 30 à 18 heures 30. De novembre à mars, les mardi, jeudi, vendredi et samedi de 10 heures à 12 heures 30 et de 13 heures 30 à 17 heures.

Combien coûte la visite ?

Le prix de la visite est de 6€. Gratuité est faite pour les moins de 18 ans, les 18-25 ans ressortissants de l’UE et les demandeurs d’emplois.

On y passe combien de temps ?

Environ une heure.

 

Enregistrer

Delacroix : l'art de se mettre au Vert.

L’histoire de ma rencontre avec Eugène Delacroix est avant tout celle d’un malentendu, né un après-midi de décembre. Une balade entre amis, une erreur de chemin et me voici plongé dans la plus profonde des interrogations : « Qu’est-ce donc que ce musée situé à un jet de pierre de mes rades préférés et dont je ne découvre l’existence que maintenant ? » En effet, le Musée National Delacroix est remarquablement bien caché, dans l’angle d’une petite place délicieusement surannée, calme et paisible. Comme il n’y a aucun accès direct entre cette même place et l’immense boulevard Saint Germain pourtant tout proche, il faut vraiment le vouloir pour y accéder (ou alors se tromper de chemin, c’est selon). 

Pourquoi aller au Musée National Eugène Delacroix ?

Pour être totalement honnête avec vous, je ne connaissais que très peu l’œuvre de Delacroix, à l’exception du mythique tableau « La liberté guidant le Peuple ». Du coup, je n’oserais pas dire que c’est mon amour pour ce peintre ou ma passion pour sa carrière artistique qui a guidé mes pas ! Disons plutôt que c’est mon insatiable curiosité mêlée à une volonté de partager une découverte (présumée) chouette qui m’a fait entrer en ce lieu… et ne pas le regretter. Autrement, nul besoin de chercher midi à quatorze heures pour justifier (si besoin était) une visite : il suffit d’avoir envie, d’être curieux ou encore encore de vouloir découvrir l’un des jardins les plus tranquilles de Paris !

Que voir au Musée national Eugène Delacroix ?

Un petit peu dans le même esprit que la Maison d’Auguste Comte, le musée Auguste Delacroix est en réalité un appartement où il s’est installé entre 1857 et le 13 août 1863 (date à laquelle il quitta ce bas monde). C’est donc en ces lieux qu’il passa les dernières années de sa vie et conçu les dernières œuvres de sa riche carrière artistique. La visite est donc placée sous le signe de l’Art, avec une vaste collection de ses réalisations, notes et projets. L’exposition temporaire actuelle, assez remarquable, propose d’explorer la relation entre Maurice Denis et Eugène Delacroix : je recommande !

Les salles sont assez vastes et épurées. La visite se fait de façon fluide. J’ai beaucoup apprécié les efforts à destination des visiteurs les plus jeunes ainsi que le superbe montage mixant langage en braille et flacons olfactifs : une très belle réalisation qui mériterait d’être développée ailleurs !

Pour autant, ce qui m’a le plus marqué – car je ne m’y attendais aucunement – c’est la présence inhabituelle d’un superbe jardin où il fait bon se reposer dans un calme et un silence absolus. Qui pourrait se douter qu’un tel joyau existe encore dans un tel quartier ? Il semble en tout cas que cette adresse soit bien connue d’une poignée d’habitués, à en croire les clins d’œil complices des (vieilles) dames occupées à deviser sur leur banc !

Située en plein centre, une oeuvre contemporaine vous invite à vous assoir et à contempler le décor tout en écoutant des extraits de textes : quand le Moderne rencontre l’Ancien !

Les informations pratiques 

Où se trouve le Musée national Eugène Delacroix ?

Le musée est situé au 6 de la rue Furstenberg, dans le 6ème arrondissement. Le métro le plus proche est Saint-Germain-Des-Prés (ou Mabillon).

Quels sont les horaires d’ouverture du Musée Eugène Delacroix ?

Le musée est ouvert tous les jours, sauf les mardis, de 9h30 à 17h30. Une nocturne est organisée chaque premier jeudi du mois jusqu’à 21 heures.

Combien coûte l’entrée au Musée Eugène Delacroix ?

Le billet d’entrée coûte 7€. Des réductions et tarifs réduits existent (notamment pour les demandeurs d’emplois). Le billet d’entrée jumelé avec le Louvre (pour une visite dans la même journée) coûte 15€.

On y passe combien de temps ?

Entre quarante minutes et une journée entière !

 

Enregistrer

À la mémoire des Braves : le musée Jean Moulin et le musée de la Libération de Paris.

Celui qui a dit que « Charité bien ordonnée commence par soi-même » n’avait peut-être pas conscience que cette phrase était d’une pertinence terrifiante, surtout à l’égard des blogueurs qui écrivent des articles sur l’exploration urbaine sans les appliquer à eux-même ! Du coup, quand je me suis rendu compte que cela faisait probablement plus de dix ans que je passais devant le binôme du Musée Jean Moulin et du Musée du Général Leclerc de Hauteclocque et de la libération de Paris – tous deux voisins et situés sur la Dalle Atlantique – sans y être jamais rentrés, je me suis décidé à franchir littéralement le pas. Il faut dire, pour ma défense, que le lieu est particulièrement bien planqué et qu’en réalité, bien peu de parisiens et de voyageurs savent réellement que là-haut, au-dessus de leurs têtes, se trouve à la fois un grand jardin, des courts de tennis, des bureaux… et nos fameux musées. En effet, la Dalle Atlantique n’est accessible que par la Place de Catalogne ou par des escaliers tortueux (l’ascenseur extérieur étant en rade au moment de ma visite).

Pourquoi aller au Musée Jean Moulin et à celui de la Libération de Paris ?

Quelques soient les raisons qui vous poussent à vous rendre en ces musées, je serais mal placé pour en juger la légitimité : l’un et l’autre sont aussi intéressants que complémentaires et proposent des collections du plus haut intérêt historique et pédagogique. Si vous êtes intéressés par l’Histoire de la Résistance, par le personnage de Jean Moulin ou encore par la Résistance, vous serez certainement comblés par tout ce qu’il y a à découvrir sur place.

Autrement, pourquoi ne pas laisser simplement le hasard faire les choses ? Si vous êtes en avance, si vous avez du temps à passer avant de prendre votre train, montez les escaliers situés qui se dirigent vers le Salon Grand Voyageur, passez l’étage du Parking et, une fois à l’air libre, suivez les panneaux !

Que voir dans ces musées ?

Bien que situés dans le même bâtiment, le musée Jean Moulin et le Musée du Général Leclerc de Hauteclocque et de la libération de Paris sont cependant deux structures bien distinctes, avec chacune leur propre contenu. Cependant, la scénographie, l’organisation muséographique et la mise en place générale sont quasiment identiques : une vaste salle rectangulaire parsemée de vitrines exposant les pièces. 

Habituellement, la visite commence en longeant les murs. Tout est organisé de façon chronologique, richement illustré et très, très bien documenté. J’ai vraiment été surpris par la diversité des supports, la clarté des explications et la remise permanente dans un contexte global. Comment passer du général au particulier en toute simplicité : un vrai modèle !

Bilan de la visite: on ne voit pas le temps passer ! Les écrans qui se déclenchent au passage peuvent être un tantinet ennuyeux mais ils apportent un soutien d’information non-négligeable. Si vous passez par le premier étage (accessible en ascendeur), attention au film projeté si vous avez des enfants avec vous : certaines images sont assez violentes et peuvent (littéralement) heurter la sensibilité des plus jeunes.

Les informations pratiques

Où sont situés les Musées ?

Les musées sont situés 2au 3, allée de la 2e D.B, dans le Jardin Atlantique (au dessus de la gare Montparnasse), dans le quinzième arrondissement. Le métro le plus proche est (forcément) Montparnasse. 

Quels sont les horaires d’ouverture des Musées ?

Les musées sont ouverts du mardi au dimanche de 10 heures à 18 heures. Ils sont fermés le lundi et les jours fériés.

Combien coûte l’entrée ?

L’entrée est gratuite pour la collection permanente. Des frais peuvent s’appliquer pour les expositions temporaires.

On y passe combien de temps ?

Une poignée de minutes ou une journée entière !

 

Enregistrer