temps de lecture: 6 mn

Les Shetlands: Dormir

Après mon précédent article consacré au déplacement entre les iles, voici venu le temps de causer dodo, repos, doudou et nuit étoilée, en mode campeur, vadrouilleur qui n’a peur de rien !

Dormir aux Shetlands

Je divise cet article en deux parties: le dur et le doux, le sauvage et l’abrité !

Dans la nature.

camping

Vous vous rappelez sans doute que, de par le Country Access Code, les gens sont plus ou moins libres de dormir n’importe où, bien sur avec des contraintes de bon sens.

Nous ne nous sommes point gênés, avec mon légendaire Georginou, pour tirer profit de cet état des choses et pour ainsi avoir le plaisir de planter notre tente au beau milieu de nulle part, de préférence dans de jolis coins avec une source d’eau à proximité (mer, rivière, lac…), histoire de barboter et de se laver  de faire trempette très, très vite fait, comme vous le voyez sur la photo ci-dessus prise sur une beach d’Unst.

Les îles des Shetlands ont cela de fabuleux qu’ils restent, un peu partout, des ruines et vestiges d’anciennes bergeries, maisons ou refuges. Ces amas pierreux constituent l’abri idéal pour s’installer et être protégé le temps d’une nuit (ou d’une vie, c’est selon). Sachez également que, si vous craignez les chutes de murs, cheminée (ou autres) et ne voulez pas rester en dedans, il suffit de s’éloigner un tantinet pour être confortablement installés

B2

Une vieille maison

B1

Encore une…

 

B3

Et une autre…

Nous avons été heureux de trouver ces bâtisses quand, en fin d’après-midi, un orage nous est tombé sur le tronche, qu’on pataugeait dans une gadoue immonde, embourbés ras les chaussures et que le salut est venu de la photo 1, de deux morceaux de bois, d’une cape, d’un drapeau canadien et d’un bout de lard rissolé avec des haricots !

Par contre nous avons compris l’étendue de notre douleur quand, le petit matin venu, un nuage de trucs noirs volant s’est abattu sur nous tel une vache sur un brin d’herbe, un blogueur sur sa page de statistiques ou un internaute sur un e-book gratuit: sauvagement, sans vergogne, avec passion et cruauté.

Nous venions de faire la connaissance des terribles Midges !

Les Midges sont à l’Ecosse ce que le Camembert est à la France

Plutôt que de vous faire un long et harassant récit, je vous invite à considérer ces faits:

– C’est petit et ça vole en groupe.
– Ça apparait le soir et le matin.
– Rien ne les fait partir (feu, fumée, insecticide, répulsif: ils s’en moquent).
– La seule protection valable est un masque homologué par l’OTAN.

Bref, sans courage et avec moult lâcheté, nous avons refusé le combat, remballé le matos et nous sommes enfuis très, très vite vers de nouvelles aventures (…) et avons posé notre barda, pour notre dernière nuit, dans la charmante bourgade de Lewenwick, dans un superbe petit campsite à prix super réduit, avec une vue démente sur la côte et, ô miracle des douches chaudes, une cuisine en libre-service et une étagère de Book Exchange !

Pour une liste (presque) complète des campings du pays: Caravan and Campings

Dormir dans un Böd

What is a böd?

In Shetland, a Böd was a building used to house fishermen and their gear during the fishing season. Today, we’ve borrowed the word to describe basic accommodation for those who want a simple holiday in our islands. Anyone familiar with English « camping barns » will have a good idea of what to expect.

The first camping Böds opened in l992 and more are planned to create a network throughout the Shetland Islands. The Böds are all in attractive localities and each has an interesting history. They are an ideal way of seeing Shetland on a budget and you can combine some nights in a Böd with a stay in youth hostel, bed and breakfast or a tent. Böds are very basic, some in remote areas having no electricity. Visitors will need to bring their own bedding, and for some locations their own eating and cooking utensils.

Source

 


Autrement dit: un lieu doté d’un toit, de quatre murs, d’un intérêt historique certain et dans lequel vous pouvez dormir au chaud et en paix pour un prix modique !

Vous y trouverez souvent le confort minimum et devez apporter votre sac de couchage, votre nourriture et, souvent, vos ustensiles de cuisine. Les infrastructures sanitaires vont du très bien à l’inexistant, l’eau chaude et l’électricité marchent de même avec un compteur. Il en existe actuellement neuf, répartis sur tout l’archipel et dont la liste et l’emplacement se trouvent ici: Shetlands Böds.

Le Böd de Voe

Le Böd de Voe

Nous avons testé celui-ci, pour 10£: une nuit royal (on était très, très bourrés fatigués), une douche pas chaude, un silence royal et des rencontres sympathiques (donc un couple de suisses que je salue bien bas au passage).

Cette ancienne maison de pêcheurs est située dans une anse, avec vue sur le port et à proximité immédiate d’un pub (!!!) et d’une boulangerie (!!!), à dix mètres sur les mains environ: inutile de vous dire que les activités nocturnes ne mènent pas bien loin… surtout à la vue des prix modiques pratiqués par le lieu de déchéance précité.

Lieu de damnation éternelle

Lieu de damnation éternelle

D’ailleurs nous avons eu une bien truculente surprise lors de notre arrivée, un samedi soir: l’endroit était rempli jusque ras la gueule de jeunes femmes et d’éphèbes locaux, ivres à ne point douter, déguisés comme pour Carnaval et qui dansaient la gigue au son d’une musique vaguement électronique.

Il est apparu que la jeunesse shetlandaise loue un bus tous les week-end pour faire le tour des pubs de l’ile, de tôt jusque tard. On a regretté le lendemain de pas les avoir suivi: ça aurait été quelque chose à raconter !

Conclusion à haute teneur humouristique

Dormir aux Shetlands est tout sauf un souci; on trouve tous les types de logement, pour tous les budgets et chaque voyageur aura, forcement, son bonheur quelque part. Si vous en avez la possibilité, tentez quand même votre chance, sur un coup de Böd, on ne sait jamais !