Le pouvoir des Hashtags

Si vous tenez un blog, êtes impliqués dans les réseaux sociaux et si, plus simplement, vous êtes accros à Twitter ou Instagram, vous savez, comme moi, le pouvoir et l’impact que peuvent avoir des hashtags bien placés et bien tournés. L’incroyable propagation mondiale du mot-dièse #JeSuisCharlie (et tous ses dérivés) est un assez bon exemple de ce pouvoir et de cet impact. De nos jours, si vous voulez être présent et actif sur Internet, vous vous devez de maitriser ce petit outil. Voici donc, à titre personnel, trois exemples que j’utilise quasi quotidiennement !

Le pouvoir des Hashtags

#TeamGivrés, le hashtag venu du froid

Lorsque vous cherchez une information pertinente sur les pays nordiques, que vous êtes intéressés par tout ce qui a trait aux expéditions polaires, scandinaves ou plus simplement enneigées, il est fort probable que vous voyiez passer un petit mot, sur les réseaux sociaux : #TeamGivrés, comme le fait ici l’émission de télévision Thalassa sur son compte twitter.

J’ai déjà raconté, par le passé, l’histoire du collectif #TeamGivrés. Aujourd’hui, presque une année plus tard, nous sommes toujours, plus présents et motivés que jamais pour partager nos aventures givrées, gelées, nordiques et polaires (et bien plus encore) ! D’ailleurs, l’un des membres de notre collectif a même eu l’honneur de rédiger un guide Laponie… Bref, utiliser le hashtag #TeamGivrés, c’est l’assurance d’avoir son information repérée, identifiée et répercutée par les nombreux utilisateurs intéressés par la thématique !

#BattlePhoto, le hashag du partage photographique

#BattlePhoto, c’est l’histoire d’une blague qui clique et claque comme le déclic d’un appareil photo. Un jour, une photo de Jokulsarlon, en Islande, est passée sur ma Timeline Twitter. Histoire de rire, j’ai répliqué en postant une autre photo. Une autre a été postée… Et ainsi de suite ! D’un petit échange amical et rigolo avec Mlle Toinette, la #BattlePhoto est devenue (ou en est passe de devenir) un rendez-vous incontournable de la Twittosphère française, tous les mardi entre 19 et 20 heures, autour d’un concept super simple :

1 heure, 5 photos, un thème, ouvert à tous : rien de plus et c’est ce qui explique la réussite et les retours ultra positifs d’une communauté naissante !

Si vous voulez en savoir plus, passez sur notre page TravelLogX pour retrouver toutes les anciennes éditions (et rendez-vous mardi prochain, bien sur !). N’oubliez pas : c’est ouvert à tous et axé sur des valeurs de découverte, de partage et d’échange.

Le hashtag qui fait du cinéma : #ObjectifAventure

Trois jours pour voyager à travers le monde, sans quitter votre siège du Cent Quatre à Paris : c’est le Festival Objectif Aventure !

logo-festival-objectif-aventure

Le programme promet de très belles découvertes et je suis sur que vous ne voudrez pas rater, notamment, la soirée polaire de vendredi, qui a déjà attiré l’œil de la #TeamGivrés ! Après la très belle édition 2013, je suis vraiment ravi de pouvoir retourner me rincer les yeux pendant tout un week-end et je bondis (déjà) de joie à l’idée de regarder quelques pépites comme Alone on the River, Taïga ou encore Deep in Baffin !

taiga-0

Le mieux est encore à venir puisque, dimanche soir, le président du jury, Monsieur Titouan Lamazou, va remettre le prix et décerner les diverses récompenses. Et si vous voulez y être, il se trouve que je vous fais gagner 2 places pour la journée du dimanche 1er février !

Pour participer, rien de bien compliqué puisque vous n’avez qu’à répondre, jusque mardi soir minuit, en commentaire de cet article, à une simple question :

Qu’évoque le Yukon pour vous ?

Je choisirais une réponse parmi toutes celles postées alors n’hésitez pas et faites-moi rêver !

26 thoughts on “Le pouvoir des Hashtags

  1. Ah ah !
    Fish Lake encore à moitié gelé en une fin de printemps, dominé par les crocus à peine sortis de terre, la neige qui tombe au réveil un 8 juin, les dîners mensuels de l’AFY, une seule station d’essence à 400km à la ronde et un réservoir percé, le temps qui passe à Eagle Plains, des coups de soleil pris à la lumière de minuit, le vent glacial à la frontière avec les TNO, les moustiques au bord de la Dempster Highway, la convivialité de la communauté francophone de Whitehorse, la nostalgie d’un vieux voyage…
    Mais la liberté méritée par 4 jours et 4 nuits de bus, surtout.

  2. Le Yukon, c’est un tout petit village paumé au milieu du grand nord (j’ai ton ancien voisin Brian comme classmate au Yukon College 😉 hihi ). Et ma plus chouette rencontre ici, c’est un loup (loup noir du Yukon) qui pour moi symbolise vraiment bien le territoire!

    1. Oh trop bien ! Brian ! Je me demandais ce qu’il devenait… Whitehorse is such a small world.

      Merci pour ton super commentaire 😀

      1. Il va bien, étudiant à temps plein !!! Il s’applique à toujours me parler dans un très bon français, c’est quelqu’un de très intéressant 🙂
        Quant au Yukon, haha j’en ai même fait un blog (ce qui m’avait fait rire quand j’ai lu ton article « pourquoi faire un blog ») à la différence, c’est que le mien je l’ai commencé quand je me suis posée 😉

        1. IL est génial Brian. Je me rappelle encore comment il s’était tapé l’incrust’ à notre fête de départ, avec son énorme steack. Son basement était un foutoir sans nom 😀

          Quant au blog (le tien), je le surveille de près et je bave très (trop) souvent en voyant les photos 🙂

  3. Le Yukon, ça m’évoque les Whitehorse Comets, club de soccer bien connu pour ces ruses de sioux, mais surtout, une contrée que j’ai bien envie de rencontrer.

  4. Je ne pouvais me refuser à cette question !!
    Tant d’années déjà passées mais les souvenirs sont toujours aussi intacts dans ma mémoire.
    Tu le sais le Yukon pour moi c’était d’abord une course mythique, la Yukon Quest… mais après ça, c’est devenu une belle histoire de plusieurs mois. Le Yukon, territoire immense et sauvage avec un héritage historique attrayant, ce n’est pas que quelques mots… c’est aussi un endroit qui nous marque pour la vie.
    Au départ une rencontre, une date, une organisation, puis un allé simple de 6 jours en Greyhound pour y parvenir. Après quelques malheurs et joies, c’est l’installation et le début des rencontres avec des personnes qu’on gardera toujours en amis. Le Yukon c’est Whitehorse, Dawson, Fish Lake un paradis…, Carcross, Ross river, Kluane, l’Alaska Highway et bien d’autres noms… C’est aussi des températures négatives, la neige, le fleuve et les lacs gelés en hiver, émeraudes pour certains en été et grandioses pour d’autres … les hots springs, le Canadian Game Center, les festivals, les soirées au Flippers… le premier coyote, les ours, et tous les animaux sauvages qu’on espère y voir et qu’on a vu… un aerostar le van mythique lui aussi qui nous a amené à la découverte du pays et des road trip dès que possible entre amis. Des packs de Yukon Gold, Red, Chilkoot, Midnight Sun dans l’appart, des kit-kat Noir (bon d’accord pas qu’au yukon), des randos et balades, un été chaud avec de gros moustiques… la ruée vers l’or, des chiens, mon chien Amber toujours avec moi, des traîneaux, du canoë, des cabanes et tellement d’autres choses…(je vais éviter le roman 😉 )
    Voila ce que m’évoque le Yukon, de tendres souvenirs !!! Mais c’est quand qu’on y retourne pour en créer d’autres ?
    #Yukon#Paspeurdesours#onyretourne

    1. Bouhouhouhou…

      NOSTALGIE (et une folle envie d’y retourner).

      Merci de ce très beau commentaire Virgie, on va boire une bière avec Pascale à ta santé ce soir 🙂

  5. Coucou une petite pause au milieu de la Battlephoto ! Du coup ça me donne envie de parler en couleur alors le Yukon c’est blanc pour la neige, bleu pour les rivières et vert pour mes forêts dans ma tête 😉 un nouveau drapeau qui sait ?

  6. aie aie aie, il est 0h, un peu tard pour participer, surtout après le commentaire de Virginie ci-dessus.
    Pour moi, le Yukon m’évoque la ruée vers l’or, les territoires sauvages, les rivières qui gèlent en hiver et se transforment alors en routes pour chiens de traineau, la nature à l’état pur, une cabane perdue au milieu de la forêt, les trappeurs… Le Yukon = « the call of the wild » pour résumer 🙂
    Et surtout ces cinq lettres évoquent pour moi un rêve. Un rêve qui deviendra réalité un jour je l’espère…

      1. Merci Cédric
        Oui, posté un peu tard, de quelques minutes… Je n’ai pas tapé assez vite 🙂
        Tant pis, j’aurais essayé !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.