temps de lecture: 2 mn

Le mardi c’est permis.

Maitre en détournement de sens, j’attise votre curiosité. Inutile de nier, je le sais, je le sens. Vous vous demandez ce que peut bien vouloir dire ce titre…

Pourquoi dire que le mardi c’est permis ?

Bon. Ok. J’avoue. Aucun rapport. Ou presque. Vous vous rappellez de vos mardi (c’est invariable ? Je crois.) soirs devant la télé ? Devant M6 pour être précis. Il y avait tout le temps des films pour enfants. J’ai regardé des gigas-octets heures de films. La coccinelle. Zorro. Plein de trucs comme ça. Et ce vieux programme me sert d’habile disgression pour parler de mes lundi soirs.

Parce que moi, m’sieurs, m’dames, le lundi soir, je vais aux Hot Springs. Là où il fait chaud. Et ce soir, ben voyez-vous, j’ai eu chaud. J’ai compris ce que ressent le homard qu’on court-bouillonnise. J’ai tellement cru cramer vivant que j’ai aperçu de la mayonnaise sur le bord du bassin. « Cedric bouilli ». Presque. Je sais pas ce qui est passé par la tête au responsable du coin mais jamais l’eau n’avait été aussi chaude. Résultat, j’ai passé presque plus de temps à l’extérieur du bassin qu’à l’intérieur. Bizarre. M’enfin, les Hot Springs du lundi soir, tarif spécial à 5 dollars, c’est en train de devenir une tradition.

Autrement, journée active. Récupérage de chèque (money money money, gimme money…) pour mon travail émérite – ne dit-on pas que tout travail émérite salaire ? – de NightWatcher. J’ai même pas bossé le dimanche soir comme prévu mais j’ai quand même été payé. C’est classieux l’Afy. Ca donnerait presque envie de s’afy-lier.

Le reste de l’activité n’est pas spécialement plus glorieux. Renseignements chez les Godfathers de l’internet pour choper un Cellulaire. Déposage de beaucoup de cévés un peu partout. Déblayage de l’allée de not’belle maison. Déblayage ardu soit dit en passant à cause du verglas. J’en ai chié. Mais j’ai gagné.

Sinon, en mode beaucoup plus sérieux, je continue à monter le dossier pour la création de mon entreprise.J’ai rédigé une espèce de charte pédagogique, réfléchi sur la thématique du voyage pour les jeunes (voyager, un choix assumé et non subi). Par contre,  je me tâte encore sur le nom… D’ailleurs, si vous êtes inspirés… Toute idée serait la bienvenue.

Voila, fin du roman quotidien. Je m’en vais continuer à lire mon bouquin du moment: Ric Flair, To Be a Man (sous titré: To be the man, you have to beat the man).