temps de lecture: 7 mn

Journal des catlins

Petit exercice de style aujourd’hui puisque je vous livre des textes bruts, écrits pendant mon séjour à Surat Bay et que je n’ai pas relu jusqu’ici.

Journal des catlins, Volume XXX

Après mes errances fermières dans l’hospitalier pays du Southland, j’ai pris la décision un peu surprenante de revenir du côté de Dunedin pour Xmas, histoire de ne pas me retrouver bloqué à Torrisdale, endroit bien charmant mais absolument situé dans le trou du cul du monde, chose qu’apprécie hautement Barry, le fermier local et gay de son état (il y a une blague à caractère sexuel dans la dernière phrase…).

Dunedin donc où j’avais déjà eu la chance de rester une dizaine de jours du côté du Ramsey Lodge, sympathique auberge tenue par des backpackers pour des backpackers, où la responsable est anglaise, les helpers japonais et américains et où les réveillons de noël sont placés sous le double signe de l’Allemagne et de la boisson, comme de bien entendu.

Sans revenir en détail sur le déroulement de la soirée, force m’est de constater que les compatriotes de Goethe n’ont pas usurpé leur réputation de gros buveurs. La joyeuse ribambelle présente ce soir-là commençait déjà à être sérieusement entamée lorsque j’ai débarqué et ce fut de mal en pis au fur et à mesure de l’avancée de la soirée. Carburant à des boissons de moins en moins licite, ce fut, sur la fin, une espèce d’orgie assez crade, avec des jeunes teutons ne maitrisant guère plus leurs hormones, cherchant dans les moindres recoins de la pièce quelque chose à picoler et tout en clamant de gutturaux chants à la gloire du Bayer Leverkusen.

J’ai pour ma part abandonné la joute les coups des trois heures et demie et me suis réveillé affublé d’un mal de tête assez démoniaque, du genre de ceux qui vous font tenter de communiquer avec le petit bonhomme qui joue du gong dans votre caboche pour le supplier d’aller taper dans celle du voisin.

Brève fut donc cette journée du 25, dans une Dunedin endormie et envahie par des hordes de touristes du troisième âge, venus probablement évacuer eux aussi leurs excès du soir passé.

Le 26 du mois de décembre fut une journée bien plus passionnante et placée sous le signe ambigu des gémeaux schizophréniques puisqu’elle a allié en l’espace d’une dizaine d’heures shopping en milieu hostile le matin et rando/baignade l’après midi, du côté de Tunnel Bay, ce qui fera l’objet de l’article de demain !

29 décembre 2011

Une nouvelle journée passée dans mon auberge située en bord de mer, avec la vue sur les sealions locaux, aimant à paresser aux soleils pour se reposer de leurs errances maritimes.

Pour la première fois en trois jours, je ne suis pas parti explorer les environs. En effet, le couple de gérants fraichement arrivés ici m’ont demandé de leur donner un coup de main pour déplacer des matériaux de construction. Ils me proposent en parallèle de rester quelques jours de plus avec des nuits offertes en échange de quelques heures de travail quotidien.

Si je n’ai pas encore avalisé ma décision, il faut dire pour autant que l’offre me tente bien. Je ne sais foutrement pas où passer les réjouissances de la saint sylvestre et n’ai plus forcément envie d’atterir comme une bouse à Invercargil pour aller me bourrer la tronche dans un rade local avec une ribambelle d’inconnus à tendance probablement germanophiles.

En parallèle de tout ce bordel, je commence à m’interroger sur la suite à donner à ce voyage. Doi-je squatter encore l’ile du sud quelques mois, voir les coins présumés touristiques ? Dois-je commencer tranquillement à entamer une remontée vers le nord ?

Sachant que mon avion décollera de Wellington fin mars, je n’ai encore rien décidé. Ni sur le fait de rester plus longtemps ni sur la possibilité de repartir en temps prévu.

Je laisse le chemin suivre son cours et n’attends pas trop de savoir où mes pas me guideront tantôt.

En dehors de ces considérations plutôt mystiques, je sens l’habituelle lassitude des fêtes me gagner. J’ai toujours, dans ces moments de fin d’année, une certaine fatigue, sans que je puisse lui attribuer une origine distincte.

Pour ce qui est de la suite du programme, ce sera demain, avec le prochain article, si Dieu le veut !

30 décembre 2011

Toujours planqué dans mon auberge où j’exerce présentement des fonctions de jardinier à temps très partiel ! Armé de ma débrouillardise et de ma débroussailleuse, j’ai passé l’après-midi (enfin deux heures) à couper encore et encore tout ce qui ne ressemblait pas de près ou de loin à une plante ayant sa place dans un jardin d’apparat. Sont passés à la broyeuse un nombre infini de trucs verts piquants/découpants/urticants mais ne faisant pas le poids face à la violence de la technologie moderne.

Sinon, j’ai encore vu des lions de mer, pour la XXXème. Toujours le même je crois. Un gros mâle venant se vautrer comme une vache fatiguée sur la plage, à  n’importe quelle heure du jour (et de la nuit surement) et qui prend un malin plaisir à ramper vers moi dès que je franchis le cercle fatidique des dix mètres de proximité. Ce soir, il s’est même permis de faire un bond (si tant est qu’un phoque-like puisse bondir) d’une taille surprenante pour un si gros bestiau. De même, il semble pourvu d’un système dentaire fort conséquent et qui ne manque pas de me faire reculer dès que sa gueule s’entrouvre dessus.

Après moult délibérations, j’ai décidé, en accord avec mes français de patrons, de lever le camp le 3 janvier au matin, vers une destination qui s’appelle Inconnue et pour une durée pas loin d’indéfinie. Reste à savoir où mes pas vont me mener:

Invercargil
Stewart Island
Une nouvelle ferme
Wanaka
Queenstown

Je n’en sais toujours foutrement rien et comme d’habitude, c’est exactement cela que je recherche !

3 janvier 2012 – Catlins, Surat Bay Lodger

Fin de ma période de jardinage du côté de ma baie paumée au milieu de nulle part, avec ce couple de français fraichement émigrés dans ce coin de paradis situé au sud du sud et probablement le plus éloigné possible de l’amère patrie natale.

Le 31 décembre a été une soirée assez délicieuse, bien loin des clichés nationaux habituels: foin de réveillon et de cotillons mais bel et bien un barbecue partagé en une aimable compagnie constituée des inhabituels égarés: une famille de néo calédoniens (dont deux gamins charmants, avec un Pitchoune Like), un israelien tout droit sorti du service militaire, une instit’ suisse de 27 ans, indubitablement gironde et charmante, mes deux hôtes et donc moi-même.

Nous buvâmes moult liqueurs alcoolisées, refîmes le monde à maintes reprises et ne nous arrêtâmes de déblatérer que vers les deux heures et demies du matin, alors que la planète entière commençait à peine à entamer les célébrations rituelles.

J’ai donc passé ici une pleine semaine imprévue, ai vu plein de wildlife (pingouins et autres sealions), exercé de glorieuses fonctions de jardinier et me prépare maintenant à entamer la suite de l’aventure, sans pour autant savoir, comme d’habitude, de quoi demain sera fait !

Je vous laisse donc jusqu’au prochain épisode, qui ne saurait tarder à venir car il se pourrait que la prochaine destination soit pour le moins… exotique !

C’était Cedric, pour le Journal des Catlins, texte surement jamais publié mais écrit quelque part dans une auberge géniale, sise au milieu de nulle part et pourvue d’une merveilleuse cheminée et d’un feu de bois, en plein été.