temps de lecture: 1 mn

J’ai mal à ma France

Strictement aucun rapport avec le Yukon en cette belle matinée ensoleillée. Juste une news en page d’accueil de Yahoo ! qui me fait me demander ce qui se passe dans mon « ancien » pays.

Ladite nouvelle, c’est celle la

Les faits, sous réserve de vérifications, qui me font bondir sont ceux-ci – toujours yahoo ! – :

Selon des témoins, deux véhicules et six fonctionnaires de police sont venus chercher vers 16h30, heure de la sortie de l’école, les deux enfants, deux cousins que la mère d’un autre élève avait dit avoir vus au guidon de vélos lui ayant été dérobés.

Les deux enfants sont restés deux heures dans les locaux de la police à Cenon, commune de la banlieue bordelaise voisine de Floirac, le temps que leurs parents fournissent des explications

Bon déjà, en soi, envoyer des policiers chercher des enfants à la sortie d’une école, c’est pas franchement finaud-finaud. Mais quand je lis ça:

Lors d’un point de presse organisé à la mi-journée à l’hôtel de police de Bordeaux, le directeur départemental de la sécurité publique (DDSP), Albert Doutre, a apporté son soutien aux policiers.

« Je soutiens entièrement et j’assume entièrement jusqu’au bout ce qui a été fait », a-t-il déclaré, estimant que tout avait été fait dans le cadre « des lois de la République ».

Il s’agit à ses yeux d’une « affaire complètement banale qui prend un tournant polémique surprenant ».

C’est banal d’interpeller des minots de 6 et 10 ans ?

Mais bon, de toute façon, de nos jours, du moment qu’on assume…

On a le droit de tout faire !

Et enfin, pour conclure en beauté cette magistrale affaire:

Albert Doutre a enfin précisé que l’enfant de six ans avait « reconnu avoir emprunté le vélo ». Pour le deuxième, « l’enquête se poursuit », a-t-il ajouté.

Bravo. Six policiers et deux heures d’interrogatoire pour en arriver la.

Rien de plus à dire.