Paroles d’Iperiago

Pour ce neuvième épisode de la série « Paroles de… », j’ai décidé de briser un petit peu le cadre habituel des interviews de blogueurs. En effet, j’ai la chance d’accueillir aujourd’hui le créateur du site Iperiago, plate-forme de création de balades touristiques. Entre technique, réflexion globale et explication de son projet, Jérôme Morlon détaille avec lucidité et passion cette nouvelle aventure professionnelle, de la conception à la finalisation, avec une vision différente du voyage et de ses nouvelles tendances qui permet d’ouvrir beaucoup de pistes de questionnements. Merci donc à lui d’avoir accepté de répondre (longuement) à mes questions et bonne lecture à vous tous !

Paroles d’Iperiago

logo-small

La présentation

Nous avons trouvé un nom grec « Periago » signifiant « parcourir, mener, conduire… ».

Bonjour, est ce que vous pourriez vous présenter ?

Je m’appelle Jérôme Morlon et j’ai 38 ans. Professionnellement, j’ai un passé de responsable éditorial au service du groupe CCM Benchmark, qui édite notamment le Journal du Net puis j’ai dirigé pendant 5 ans l’internaute magazine qui est un portail d’informations grand public sur plusieurs domaines dont le voyage. Suite à cela, j’ai créé en 2013 «Iperiago».

Alors Iperiago, tout d’abord, qu’est ce que cela veut dire et qu’est-ce que cela évoque ?

Quand on a essayé de trouver un nom pour le projet, en accord avec le concept (proposer des idées de balades, randonnées, parcours itinéraires), nous n’avons au début rien trouvé. Puis nous sommes allés voir dans les langues anciennes et nous avons trouvé un nom grec « Periago » signifiant « parcourir, mener, conduire… ». On a rajouté un petit I devant pour Internet et voilà.Il a également l’avantage d’être facile à retenir et à prononcer dans les langues étrangères… Iperiago évoque donc le but principal du site : le parcours itinérant touristique.

Pourquoi avoir créé Iperiago ? Dans quelle logique ?

Avant même que l’idée apparaisse, il y avait déjà de notre part un intérêt pour le voyage, la balade… Ensuite, nous avions sentiment que sur le web, cette façon de découvrir une destination – autour d’itinéraires – était sous exploitée et très peu présente. Comme dans la vie réelle, il y a déjà beaucoup de guides touristiques classiques, un peu encyclopédiques… mais bizarrement assez peu d’itinéraires bien mis en scène.. En plus, agencer des points d’intérêt et raconter des histoires autour, en les mettant en scène, est relativement nouvelle. A partir de ce constat,nous avons donc essayé de développer en parallèle tout un système qui permette de suivre l’itinéraire avec des extras comme le partage, le jeu…

lieu

Le vocabulaire du site est très marqué par le poétique, l’inspiration. Est-ce voulu ?

Je crois que les voyageurs, les promeneurs ne savent pas toujours vraiment ce qu’ils veulent. Avant, le principe était très simple : demander à une personne de remplir x² questions puis lui proposer des balades ou des séjours. Désormais, cela est plus libéré et moins forcé. Les gens s’interrogent et sont demandeurs de propositions nouvelles, qui ne relient pas forcement leurs attentes à un point précis. Iperagio, c’est ça : faire redécouvrir un endroit sous un nouvel angle !

Le jeu au cœur d’un système

 » Aujourd’hui, plein de gens me disent  « ce qui m’intéresse le plus, c’est le jeu, je veux proposer quelque chose de différent et votre site est vraiment innovant » alors que d’autres me demandent  « on est obligés de jouer » ?

En parlant de jeu (et donc de gamification), comment est ce que ça se passe sur Iperiago ?

Déjà, la gamificiation est liée à la génération web : quand on regarde les temps passés sur le web par les internautes, c’est toujours le même binôme qui arrive en tête avec tout d’abord les réseaux sociaux puis le jeu (que ce soit en ligne, flash…). La consultation de contenus vient très très loin derrière. C’est pour cela que beaucoup de sites essayent de retenir le visiteur en lui proposant ce pourquoi il vient sur le web. C’est une phénomène global ! A notre niveau, la notion de rejouabilité (autrement dit, le fait de pouvoir rejouer) est essentielle surtout quand le but principal n’est pas de jouer ! Il faut que ça cela puisse s’insérer de façon naturelle et harmonieuse dans l’objet du site. En ce qui concerne Iperiago, nous sommes partis d’un truc très simple, pas forcement basé sur le jeu avec un outil pour créer des itinéraires. Et on s’est dit, d’un coup ; « si je cache une étape d’un itinéraire, qu’est ce qu’il se passe ? » De là, on arrive à une conclusion très simple : on peut créer des jeux de pistes très facilement, en disant « telle étape, je la masque ». A partir de cela, on commence à construire tout un système utilisant toutes les mécaniques classiques du jeu : « je résous l’énigme, je débloque une étape et ma récompense est de pouvoir progresser dans le jeu de piste et gagner des points, lancer des défis… »

defi

Et plus spécifiquement donc ?

Sur Iperiagio il y a deux mécanismes. Le premier est global : débloquer des étapes, gagner des récompenses (certains itinéraires sont des jeux de pistes,, certaines étapes sont manquantes, toutes sauf la première… ou la dernière et on doit dégotter des indices tout au long du parcours… des indices visuels… résoudre des énigmes intellectuelles ou des quizz… pour progresser). Le fait de progresser sert à gagner des points et ceux ci permettent ensuite de gagner certains avantages (des jokers pour débloquer une étape sans résoudre une énigme…). La seconde se fait de façon sociale, en comparant les points avec les amis et les gens qui jouent aussi, en misant sur l’aspect niveau/compétition. Nous avons aussi implémenté une option chronomètre, pour jouer en un temps imparti et où les plus rapides gagnent à la fin, ce qui apporte une dimension ludique supplémentaire. Nous avons donc un double aspect, aussi bien communautaire que personnel !

Comment se positionner entre ludique et pratique ?

Tous les parcours ne sont pas à énigmes. Iperiago peut s’utiliser sans jouer (le jeu est un bonus, une composante amusante). Quand on crée un parcours, on peut faire vraiment ce qu’on veut et c’est essentiel de faire les deux, en fonction des désirs des gens. Même si notre système de jeu est à priori très simple, tout le monde n’a pas forcement envie de jouer et il y a même des gens pour qui ça peut être trop compliqué… Si j’ai juste envie de me balader, je peux le faire « sans prise de tête » et je crois qu’à notre échelle, c’est vital d’avoir les deux sans être bloqués dans une partie ou dans l’autre ! Aujourd’hui, plein de gens me disent « ce qui m’intéresse le plus, c’est le jeu, je veux proposer quelque chose de différent et votre site est vraiment innovant » alors que d’autres me demandent « on est obligés de jouer » ? Le résultat, du coup, se fait en fonction des attentes de chacun. C’est important également de pouvoir dire que chaque fonctionnalité simple du site (mais sophistiquée sur le plan technique) est totalement optionnelle et de se rappeler que le jeu est un bonus absolu mais pas obligatoire…

La technique au service du ludique

L’idée est donc de faire UN SEUL outil pour tous les supports… Pas x² plate forme : pas un site+un app apple+une app android… Un seul outil qui permette de rassurer les clients « une seule technologie:simplicité, efficacité »

La plate forme Ipériago est-elle transposable à volonté ?

Avant tout, je pense qu’il faut préciser qu‘Iperiago, c’est d’abord une technologie. Pour prendre un exemple, si vous souhaitez faire un blog, vous pouvez utiliser WordPress. Si vous souhaitez faire des parcours touristiques, vous pouvez utiliser Iperiago ! Aujourd’hui, quand on va sur Iperiago.com, vous trouvez du contenu à Paris. Ce contenu, c’est du vrai contenu bien sur, de qualité. Mais c’est aussi une manière de faire une démonstration de l’outil. Si demain, une ville ou une région veut avoir son site de parcours, elle peut s’adresser à nous et récupérer une plate-forme personnalisée et dédiée de façon autonome sur laquelle ils pourront faire ce qu’ils veulent (publier des parcours, des jeux…).

Concrètement donc, Iperiago est accessible comment ?

On peut consulter Iperiago partout : sur des ordinateurs (pc ou mac, pas de préférence!), sur tablette, téléphone… L’interface est bien sur responsive et s’adapte automatiquement. En cas d’absence de connexion, on peut aussi télécharger un parcours pour un accès hors ligne, la synchronisation se faisant avec le serveur dès que le réseau revient !

Donc vous n’avez pas d’Application ?

Non. Iperiago n’est pas encore une marque connue et c’est très difficile d’émerger sur les différents stores. Si vous n’êtes pas dans le top 10, personne ne vous trouve et donc, logiquement, cela ne sert pas grand chose de publier des applications que personne ne va trouver. Il vaut mieux se concentrer d’abord sur la création d’un outil qui apporter un peu de notoriété sur la marque. Le plus important est que les gens soient séduits par la technologie et l’utilisent ! De plus, les gens sont beaucoup sur les navigateurs de leur mobiles que sur les apps, aussi surprenant cela soit-il ! L’idée est donc de faire UN SEUL outil pour tous les supports… Pas x² plate forme : pas un site+un app apple+une app android… Un seul outil qui permette de rassurer les clients « une seule technologie:simplicité, efficacité ». Un jour, on fera peut-être une application mais pour une marque comme nous qui démarre, c’est un investissement qui n’est pas forcement justifié. Donc vaut mieux attendre !

Le contenu: comment, pourquoi, par qui ?

Pour ma part, cependant, du fait de mon expérience, j’ai la certitude que le meilleur contenu possible est celui fourni par les locaux (ou des gens qui connaissent parfaitement la destination).

Quel angle spécifique apportez-vous au contenu ?

Déjà, pour l’instant, nous n’avons pas encore énormément de contenu. Nous essayons d’axer pas mal nos productions sur la variété, avec des jeux de piste sympathiques, de toute sorte et de toutes difficultés. L’idée c’est de s’adresser autant à des touristes qu’à des locaux qui vont se dire « Pourquoi ne pas faire cette balade ou cette balade ce week-end ? » Je sais que dans mon quartier, je vois toujours la même chose alors qu’il me suffit de prendre la rue d’à côté pour découvrir quelque chose de nouveau... et Iperiago peut apporter ça justement ! On a aussi des parcours un peu incontournables pour touristes, d’autres « mixtes » pour parisiens (hors des sentiers battus)… de même que des parcours thématique (le temps, le cinéma…).

balade-japonaise

D’ailleurs, tous ces parcours, qui font (un peu) votre spécificité, d’où viennent-ils ?

Le contenu en lui-même vient en partie de nous mais surtout des utilisateurs, vu que n’importe qui peut créer ses propre parcours. Après, dans la réalité, il faut reconnaître que c’est quand même assez engageant de publier un parcours, cela demande du temps et cela ne s’adresse pas forcement au grand public ! Plus formellement, l’idée est que nous soyons très grand public pour la consultation mais plus restreint pour la publication. Notre modèle se rapprocherait plutôt de passer par des professionnels de la destination, que ce soit des auteurs, des guides touristiques, des agences de voyage, des hôteliers…, à qui on va fournir une technologie pour qu’ils puissent publier leur contenu et que ce contenu aille ensuite enrichir le portail Iperiago, qui a pour vocation de devenir un portail de balades. Pour ma part, cependant, du fait de mon expérience, j’ai la certitude que le meilleur contenu possible est celui fourni par les locaux (ou des gens qui connaissant parfaitement la destination).

Assistera-t’on à de l’échange de contenu entre Iperiago et d’autres structures similaires ?

L’échange de contenu pour enrichir la base d’Iperiago n’est pas forcement la plus intéressante, je préfère vraiment m’appuyer sur des partenaires, qui peuvent être aussi bien des villes, des OT (qui sont très bien placées pour fournir du contenu), des régions… Des conférenciers, des pros… L’idée est que le contenu soit hyper local, qu’il soit vraiment produit par des gens très proches du lieu de destination. Dans cette optique, rien n’est donc impossible mais…

Pour conclure !

Qu’est ce qu’on vous souhaiter pour le futur ?

On a fini de développer une technologie robuste qui fonctionne bien. Il nous faut gagner en notoriété pour pouvoir avoir de nouveaux partenaires. Notre principal objectif 2014 est d’étoffer le contenu pour que le portail soit un vrai un portail de contenu international, accessible, ouvert et de qualité !

Un dernier bilan ?

Pour résumer, Iperiago c’est pouvoir publier facilement sur le web des balades bien faites et accessibles sur tous les écrans, rajouter du jeu, du social et bénéficier d’une technologie générique permettant d’avoir son propre site de parcours.

Vous pouvez retrouver Iperiago sur Twitter et Facebook. D’autre part, si vous êtes curieux de tester le site et d’essayer vous aussi de vous balader dans Paris en vous laissant guider, je ne peux que vous encourager à tester les opportunités offertes par le site. A titre personnel, je me suis fait la main sur deux balades, histoire de savoir de quoi je parlais et je dois dire que le résultat m’a (très) agréablement surpris, ce qui m’a définitivement convaincu de réaliser cette interview. Si le cœur vous en dit donc, ce parcours autour de Montparnasse est vraiment pas mal foutu, de même que cette Boucle du Savoir, dans le 5ème arrondissement. N’hésitez pas, dans tous les cas, à venir me faire part de vos impressions !

One thought on “Paroles d’Iperiago

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.