temps de lecture: 2 mn

Il était une Ile…

Après mes traditionnels voeux de débuts d’année, après mon usuel coup de machoire vers ma terre natale, voici venu le temps de parler de Terre-Neuve et ma découverte de ce joli petit coin paumé au large du Canada.

Je commence tranquillement à cerner la ville – Saint John’s – où je réside depuis quelques jours et où je compte bien rester encore quelques temps – un mois malheureusement grand maximum…

Passons donc aux choses sérieuses.

Tout d’abord, une chose qui frappe de suite l’innocent voyageur: ce coin la est bourré d’Histoire, la vraie, la grande avec son H majuscule. On est bien loin des balbutiements goldrushiens du Yukon et de relative nouveauté des métropoles canadiennes – en mettant Québec de côté of course.

Depuis que les vikings ( vers l’an mille)  puis plus formellement l’ami Cabot ont débarqué de par ici au début du XVIème siècle, plein de choses fortement intéressantes se sont passées.

Très principalement, et pour faire dans le classique, Rosbeefs et Gaulois se sont tapés la bourre pour savoir qui avait le plus le droit de rester ici et de s’amuser à construire plein de jolis forts dans tous les coins…

La question est finalement résolue avec le super Traité d’Utrecht en 1713 qui laisse à la Perfide Albion la possession totale de la région.

Bon ça, c’était pour le côté historique et pour faire genre « on apprend plein de choses ».

Vous serez surement plus intéressé de savoir que j’ai l’impression d’être de retour dans mes villes d’Irlande.

Oui oui !

Les maisons sont petites, victoriennes et de toutes les couleurs. On croirait se balader dans un décor tricolore né des rêves d’un dessinateur psychédélique. Ca vaut le détour et c’est super rare dans ce pays d’avoir une vraie différence architecturale.

En plus, il y a des pubs/bar newfirish de partout. Des écriteaux Guinness, des bières d’Erin et de plein de musique jouée au violon au coin d’une cheminée. Ca fait un bien fou de replonger dans une atmopshère pareille.

Sinon, j’ai eu l’occasion de me promener sur les hauteurs locales, du côté de Signal Hill, d’où Marconi a envoyé son premier message intercontinental. Un vrai morceau d’Histoire, encore une fois !

En attendant de vous raconter demain ce que fut mon réveillon de ce côté-ci de l’Atlantique, je vous laisse aller regarder de par vous-même la petite galerie de photos que je viens d’ajouter à la rubrique éponyme…

PS: Au fait, une question me taraude en ce début d’année…

Y a t’il un rapport entre le nom de l’explorateur Cabot et le fait que nos amis canidés soient surnommés comme cela de par chez nous ? Surtout lorsqu’on sait que ce coin regorge de toutous super classieux..