temps de lecture: 1 mn

Histoires de saison

2011 ne pouvait décemment commencer sans un article de VY.net, le blog le plus chébran de ce côté-ci des Alpes (et même d’ailleurs en fait).

Je ne puis vous décrire en profondeur le fonctionnement du centre en lui-même (clause de confidentialité et autres joyeuseries administratives) mais je peux par contre sans soucis vous causer ma charmante station et des à-côté sympathiques d’une saison de ski dans les Alpes.

V********* donc, charmante petite bourgade sans pharmacie, située en Maurienne et dotée d’un domaine skiable assez impressionnant, où je me précipite à chacun de mes jours de congés (aussi rares que les cheveux sur la tête d’un chauve soit dit en passant) pour descendre et schusser allègrement dans tous les sens (même sur les fesses et à l’envers, question de classe).

Nous sommes une petite quarantaine de personnes employées pour l’intégralité de la saison, facilement identifiables à nos magnifiques blousons plus ou moins multicolores et attirant les regards comme les fleurs les papillons.

Nous nous croisons et recroisons au rythme frénétique de nos activités quotidiennes, nous saluant d’un viril coup de tête et du clin d’œil rituel des autochtones locaux (qui ne sont aucunement ombrageux).

Le 31 décembre a vu défiler un nombre impressionnant d’énergumènes divers et variés, principalement italiens, ayant décidé que l’espace situé sous mon balcon était le lieu rêvé pour festoyer toute la nuit.  Ils tentèrent, je vitupèra, ils se concertèrent puis bougèrent finalement pour me laisser dormir du sommeil du travailleur syndiqué (deux fondues et beaucoup de charcut’…).

J’ai également eu le droit à la pauv’ dame qui s’est brisé le péroné et distendu les ligaments en tombant d’une butte haute de… 30 centimètres, aux parents qui pensent que le centre était ouvert la nuit du réveillon (c’est cela oui !), à la tournée de la barman, au billard du bowling…

Mais ce que j’apprécie le plus, et ce sera la conclusion de ce premier article 2011: voir la montagne depuis mon balcon !

C’était Cedric, à vous les Villes !