Éloge de la normalité

Éloge de la normalité
[Pensées aveyronnaises]

 

Eloge de la normalité

C’est un petit village comme il doit en exister des dizaines de milliers en France. Des ruelles tranquilles. Quelques commerces ouverts à des heures inhabituelles. Un grand square avec des jeux entretenus de temps à autres. Une cabine téléphonique et un office de tourisme. Le temps s’y écoule doucement et la folie trépidante des mégalopoles ne semble pas pouvoir venir perturber un rythme que l’on pressent ancestral. Depuis hier, et jusque demain, c’est ici que nous avons posé nos valises avec ma petite famille. C’est ici que nous re-goûtons aux plaisirs oubliés de vraies vacances. C’est ici que nous nous réconcilions avec ces valeurs essaimées sur le chemin de nos vies : tranquillité, détente, repos. Nous osons prendre le temps, repousser, discuter. Nous osons savourer, déguster, manger, nous délecter… sans surveiller les minutes qui passent et les heures qui défilent. Pourquoi s’inquiéter du temps qui passe quand on sait que celui n’a aucune emprise sur nos existences ? Nous avons ouvert une délicieuse parenthèse septentrionale, au cœur de ce pays d’Aveyron si brut et si généreux à la fois.

Cabine aveyronnaise

En ce lieu reculé, où aucun symbole ne manque, j’ai l’impression d’être séparé par quelques galaxies de ma vie réelle. Rien ne vient dicter ce que je dois faire, la façon dont je dois le faire ni pour qui je dois le faire. Je retrouve, émerveillé, la sensation de la normalité la plus absolue, celle-là même que j’aimais pourfendre, en mes jeunes années, quand je crachais à pleine bouche sur un certain modèle social haïssable. Pourtant, qu’il est bon de s’y plonger. Qu’il est bon de retrouver des choses simples, vraies, pas superficielles et simplement authentiques car naturelles. Le sourire d’un serveur, les éclats de rire des enfants, la poigne du bouchée, le silence nocturne minéral des rues où le seul son naît de mes chaussures raclant les pavés et du déclic de mon appareil photo.

Une herse dans la nuit

A une époque où nous courrons vers l’exposition, vers une éphémère célébrité, où tout tend vers le TOUJOURS PLUS (loin, cher, exotique, exceptionnel), il est bon de tourner le dos à ce chemin et d’emprunter la voie la plus connue, la plus générale, la plus fréquentée. Pour autant, cela ne signifie pas qu’il faille se fondre dans la masse et endosser l’habit générique. Il est possible de tracer, au sein de cette autoroute humaine, ses propres raccourcis, d’emprunter ses propres déviations et de créer ses propres lieux de repos: j’en suis l’exemple même.

La maison du Bas

Aujourd’hui, pendant que j’écris ce papier, avachi dans un transat avec mes lunettes sur le dos et la délicieuse sensation de la chaleur solaire sur mes épaules, je soupire d’aise. Je vois mon fils croquer la vie à pleine dents, assis sur les genoux de ma douce compagne. Je la vois, elle, rayonnante, épanouie, heureuse. Je vois, plus loin, Pitchoune s’inventer mille et une histoires dans ce jardin où nous profitons de la Vie. Au loin, les oiseaux chantent et les lézards paressent. Les volutes enfumées d’une cigarette viennent chatouiller mes narines en même que le délicieux fumet d’un rôti cuisant dans le four d’à côté. Je fige ces moments précieux – ô combien précieux !- en moi, par peur de les oublier.

Le monument aux morts

Puisque nous n’avons rien prévu, nous n’avons pas d’attentes. Puisque nous sommes libres,nous faisons ce que bon nous semble. Nous sommes la norme, nous sommes normaux, nous sommes la normalité. Loin d’être une tare, c’est un éloge. L’éloge d’un savoir-vivre dissipé, l’éloge d’une majorité silencieuse qui n’a que faire des remous lointains du 2,0. Nous sommes des vacanciers, touristes, citadins, sans avoir conscience de l’être. Nous sommes la simplicité d’un voyage entre Toulouse et l’Aveyron, d’un arrêt à Montauban, d’un repas sur le pouce entre amis, de retrouvailles impromptues et de chaudes embrassades. Nous sommes, vous êtes, je suis… heureux.

Villeneuve d’Aveyron – Le 29 avril 2016

15 thoughts on “Éloge de la normalité

  1. Ton article est aussi simple et délicieux qu’un café chaud dégusté pendant 5 longues minutes de sérénité sur une terrasse ensoleillée. Je crois que les enfants sont un bon rempart à cette course à l’extraordinaire virtuel. Ils nous ramènent à l’essentiel, nous font redescendre pour au final nous emmener bien plus loin que tout ses chimères.

    1. Merci ! Tu touches un point très intéressant sur les enfants et leur rapport à notre existence.Je pense y revenir tantôt (grâce à toi, du coup).

  2. Mouais.
    C’est aussi pour cela que les citadins nantis ont une maison à la campagne qu’ils viennent rejoindre le we.
    La France profonde. Là où le réseau ne capte pas, parfois. Ayant vécu le silence et l’ennui du village, moi je préfère courir le monde 😉

    1. L’avantage des trous paumés, c’est que même les citadins en manque de ruralité ne s’y risquent plus (pas). Et puis, dans ce bled de l’Aveyron, réseau 4G > Paris. J’étais presque impressionné (et un peu dépité).

  3. Il n’y a rien de plus agréable que lire l’article d’un homme heureux. Ironiquement, c’est quelquefois le 2.0 qui nous ramène/rappelle à l’essentiel de la vie.
    Merci de partager la simplicité de ces moments. Ça fait du bien.

  4. Tu connais « La première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules » de Philippe Delerm ? Si ce n’est pas encore le cas, cours te le procurer. 🙂

    1. Je suis grillé en flagrant délit. C’est l’un de mes bouquins préférés depuis très, très, très longtemps.

  5. C’est bien d’avoir pu savourer ces moments heureux. Merci Cédric, pour ces moments de bonheur

  6. Bonsoir Cédric,
    J’aime beaucoup la première photo de l’article qui illustre bien cette normalité, ces pavillons, ces voitures bien rangées…
    Pour ma part, je vis dans cette France profonde comme le dis Piotr et le silence n’est selon moi pas source d’ennui.
    La ou les villes restent à portée de main. Paris est à 1h30 de chez moi, Rennes 45 minutes.
    Peut-être est-ce la mer qui me manque le plus ?
    Mais j’aime cet espace, ce silence, cette quiétude offerts à mes enfants en bas-âge. Adolescents, ce sera une autre histoire surement. Quoique, il y a des ados qui aiment la cambrousse.
    J’ai bien le temps de penser l’avenir.
    Merci pour ces réflexions !

    1. Toujours un plaisir de faire plaisir, ô ma chère Lili ! J’aspire aussi à retrouver calme et repos… Mais est-ce que je (nous) suis (sommes) prêt(s) à quitter la Capitale pour cela ? Vaste interrogation.

  7. Ah cette époque ancienne et tranquille où ma fille restait assise sur mes genoux 😉
    Ton texte est en tout cas une dose de calme relaxant.

  8. Je suis convaincue que les plus beaux voyages (ouais, ok, à part en Utah), sont dans les villages « normaux » français. C’est en tout cas là où j’ai mes plus beaux souvenirs, et où je compte en créer de nouveaux, dès cet été. J’ai un grand amour pour la ruralité française.
    J’espère que tu arriveras à trouver l’équilibre qui te convient… C’est toujours extrêmement difficile de quitter ce que l’on a connu toute sa vie… Mais rien n’est permanent, alors ça vaut toujours le coup de sauter au dessus du fossé !
    J’ai grandi dans une campagne profonde, et je ne changerai ça pour rien au monde.
    Partez 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.