temps de lecture: 4 mn

D’un Barbecue à un autre

De vendredi soir à ce moment-même, guide détaillé de “Comment ne rien faire de ses journées et soirées au Yukon”.

Bon déjà. Mercredi soir, au Flipper’s, on a décidé conjointement avec ma colloc’ alsacienne d’organiser un barbecue. Et donc d’inviter des gens. Ce qu’on a fait. Et les gens sont venus. Ca c’est pour la Génèse.

Concrètement, on a acheté de la viande, des steacks, des saucisses, beaucoup de fromage et youpla. C’est parti. De 19.00 à 3.00 am, ça a campé chez nous.On a eu droit à une mafia chiliomexicaine envahissant ma chambre et emmenée par une Sandrine de haut vol. On a un Olivier pété et fournisseur de chaise accompagné d’un Antoine et dont on ne saura jamais comment ils sont rentrés. Une Daphné accompagnée par un Guillaume, couple labellisé “Pur Produit des Alpes” et qui a du faire fureur lors du retour momentané au pays. Faut dire qu’au Grand Bornand, des québécoises vivant au Yukon, ça doit pas courir les rues. On notera le passage fort sympathique de la légendaire Audray, vétue d’un splendide survetement de l’équipe de France de foot, bleu flashy, avec le coq bien en évidence.

Rouler avec ça en vélo, c’est l’équivalent d’un message : Hors de mon chemin, bande de vils manants !

Bon sinon, le Gang habituel était bien sur présent: Mélanie, Nico, Alex et Pascale -forcement -. On a eu une discussion fondamentale sur un animal dont j’ignorais quasiment tout et qui est pourtant d’un certain aura et non dépourvu d’une noblesse: le chevreuil. Et son rût. Car Mr Dory (non je ne linkerais pas ce coup-ci) est spécialiste du rût du chevreuil. Il m’a expliqué de longues heures durant et avec une flamme amoureuse dans l’oeil les us et coutumes du Capreolus Capreolus et de périodes de fornication.

Si j’ai tout suivi, Madame Chevreuil, la chevrette et Monsieur Chevreuil, le Brocard, ne peuvent faire des cochoncetés qu’à une certaine période vach’ment précise de l’année. En gros, si M’sieur peut  engrosser sa belle pendant grosso modo deux mois, celle-ci ne sera receptive qu’à ses avances – Rond de sorcière- que pendant 24 à 48 heures – ce qu’on appelle oestrus. C’est comme-ci vous ne pouviez faire le devoir conjugal avec votre légitime qu’une seule fois en une année. Et c’est à vous de surcroit à deviner quand. Quand on voit ça, on se dit que la nature est méchante… Toujours est-il qu’apparement c’est chaud pour choper une photo de deux chevreuils s’accouplant et que cela requiert de la ruse, de la patience et une sacrée paire d’heures à attendre.

Pour voir le résultat, c’est par ici.

Bref, le sujet nous a bien fait rigoler. Bon, au fur et à mesure de la soirée, les gens sont montés dans la maison alors que les bouteilles et leur contenu descendaient dans nos veines. La dernière nous a quitté quand le soleil pointait le bout de ses rayons… à 3 heures 30. On est restés scotchés avec Pascale. Et pis finalement… dodo.

Samedi, réveil fort matinal aux alentours de midi avec mission de transformer le Mordor en Disneyland. Autrement dit, faire le ménage. J’ai donc fait la vaisselle, nettoyé la table et je m’apprêtais à continuer quand Laurel et Hardy sont arrivés (nom de code: Nico et Alex’. Ma maison est un squat à photographe nature et à suisse vétérinaire. Au secours). On devait à l’origine aller déménager les panneaux du chenil de Laurel. Sauf qu’en route, on s’est arrêtés à Alayuk pour choper le pick-up. Qu’on a jamais choper parce qu’on est restés bloqués pendant deux heures sur une vis. Oui. Juste une. Qui tenait la barre qui tenait la boite à fusible qui empêchait d’accéder à la batterie de la voiture à Hardy. Ouf. Finalement, ça s’est reglé à la perceuse pendant qu’on regardait une portée de bébés chiens trop mignons (les p’tits frères d’Adak, carrément).

Et puisqu’au Yukon, rien ne se passe comme ailleurs, nous sommes allés voir et encourager notre Alex’ nationale faire le truc le plus casse gueule de la création: du 2 miles/2 dogs Biking. Un vélo tracté par deux chiens. Et attention hein, pas des caniches à mémére. Non. Des vrais bêtes de courses habitués à courir dans la toundra enneigée pendant des milliers de miles. Enfin ça, c’est la théorie. Parce que Youska, l’ours blanc croisé canidé d’Alex’ a pas l’air d’avoir compris le concept originel. Au lieu d’avancer et de tracter gentiment sa maitresse, il a fait demi-tour… alors qu’il était attaché au vélo. Le premier chien est parti devant. Le deuxième derrière. Résultat: Alex a fait du 2 miles/1 dog. Et nous, on a bien rigolé. Et on a tous fini autour d’un second barbecue à base d’hamburgers d’orignal et de poisson du coin, chez Wendy, Mme Yukon Quest. Très sympathique.

Fin des barbecue pour le moment. Ce soir, foot au Canadian Center comme tous les dimanches… Au programme de la semaine: commencer à conduire, trouver -enfin !!! – un nouveau boulot et attendre le retour de ma légendaire colloc’ Paspeurdesours et de Mr Evadeo en espérant qu’ils ne se soient pas fait bouffer par le premier plantigrade venu.

Demain article sur Canyon City, ma rando de vendredi, ville perdue au milieu des rapides.