temps de lecture: 3 mn

Dix repas mémorables

Manger.

Se nourrir.

Se péter le bide et faire exploser la ceinture.

Petit retour en voyage(s) avec dix plaisirs culinaires ayant jalonnés mes aventures.

Une fondue dans un camping à Québec

Une colo avec 18 ados à nourrir et une idée de génie: faire une fondue surprise. Une heure de marche, plein de sachets achetés (oui de la fondue en sachet !), du stop pour rentrer et un groupe heureux de bouffer du fromage bien gras avec un bon goût de pinard de derrière les fagots, propice à éviter quelques contacts buccaux malvenus en temps nocturnes !

De la langouste à Cuba

Les restos clandestins – les paraderes – regorgent dans les arrières-cours et les villages perdus. Et l’on y mange pour un prix dérisoire des merveilles pêchées le matin même, accompagnées de succulentes patates douces rissolées à point, tout cela conclus par des mangues si suaves que j’en bave encore.

Une Poutine à Paris

Quand je suis rentré du Canada, j’étais en manque absolu d’un truc: la poutine. Et grâce à la bienveillance d’une estimée lectrice de ce blog, j’ai pu faire venir en (quasi) fraude un merveilleux sachet de fromage en grain qui m’a permis de manger ce merveilleux plat venu tout droit de la Belle Province.

Un Hamburger à New York

Un jour que j’me baladais du côté de Canal Street, j’ai eu une envie de Hamburger. Je suis donc rentré dans un espèce de boui-boui sans prétention et j’ai claqué 5 dollars pour un Swiss Cheddar Deluxe. Le truc que j’ai eu dans mon assiette 5 minutes après a été un morceau de paradis tombé du Ciel dont je n’ai retrouvé le goût ailleurs. Et j’ai perdu l’adresse du resto…

Un Chicken Burger en Alaska

Juillet 09. Roadtrip en Alaska avec Pieréniko. On s’arrête dans la charmante et rieuse bourgade de Chicken City pour grailler. Spécialité locale: le world famous Chicken Burger. J’ai tenté, j’ai commandé, j’ai bouffé et j’en ai pleuré de joie. Mais quand je suis revenu deux mois après, le snack était aussi vide que mon estomac ce jour-là.

Des Nachos à Prince Rupert

Si vous demandez à Georginou son meilleur repas de tout notre voyage, il y a des fortes chances qu’il vous réponde “Prince Rupert”. Certes nous étions de (très) bonne humeur. Certes nous avions déjà vidé quelques un pichet de bière en dix minutes deux heures. Certes la serveuse était gironde sympathique et plaisait beaucoup à l’assistance. Mais ces Nachos recouverts de fromage fondu ont presque justifié à eux-seuls l’addition finale (à deux zéros et que j’ai payé).

Du saumon sauce hollandaise en Irlande

Pendant mes premiers séjours en Irlande, j’étais logé en famille chez Valery, une dame fort sympathique qui prenait un malin plaisir à s’envoyer de la vodka tous les samedi soir dans un des pubs de la ville en ayant pris soin auparavant de commander un taxi pour la récupérer. Et en-dehors de ça, elle profitait que Ballina soit un spot mondial de la pêche au saumon pour en choper un au passage et le mitonner avec une sauce hollandaise à faire se pâmer un Cedric (ce que je fis d’ailleurs !).

Du Caribou au Barbec(o)ue

Un classique de Whitehorse: un jardin, des copains, un barbecue, du caribou et du soleil de minuit. Rien à rajouter !

Un Tilapia à Terre-Neuve

J’viendais d’arriver et j’ai dévasté la réserve d’épices de ma (nouvelle) collocation pour cuisiner mon tilapia dans une baraque entièrement végétarienne. Cependant, les seuls qui m’en ont voulu ce soir-là, ce furent les cinq chats qui repartirent miauler ailleurs

Le morceau de calendos de quand tu rentres

Il est éternel, inoubliable et on pourrait écrire un bouquin là-dessus: le plaisir du français (re)bouffant son p’tain de frometon bien local en rentrant de ses errances !