A piece of beauty: le Connemara National Park

Pendant une grosse dizaine de jours, j’ai eu le plaisir de parcourir à nouveau les vastes terres d’Irlande, de Galway à Dublin en passant par les Iles d’Aran, le Connemara et Wesport. De villes en cambrousse, de nulle part à partout, j’ai retrouvé cette Irlande que j’aime et avec qui j’ai des liens affectifs d’une force insoupçonnée. Je vous propose, aujourd’hui, de venir avec moi quelque part dans le Connaught et de découvrir l’un des bijoux de la région: le Connemara National Park !

 

Le Connemara National Park

 

bannière

Au portes de Letterfrack

Pour ceux qui voudraient se rendre dans ce paradis, l’accès n’est franchement pas compliqué puisque le parc se trouve à proximité très immédiate du (pas du tout) charmant village de de Letterfrack, dans le comté de Galway (et la province du Connacht). Vous y trouverez tout ce dont vous aurez besoin (commerces, pubs, logement…) et c’est également LE lieu de transit des bus vers Galway et/ou Cliffden. En-dehors de cela, aucun intérêt spécifique et il ne constitue aucunement « l’un des plus beaux villages d’Irlande », comme j’ai pu le lire ailleurs !

 

Aller à Letterfrack (et donc au Connemara National Park) n’est pas compliqué: des bus partent de Galway tous les jours, certains directs (et d’autre pas). Renseignez-vous via Eirean mais, faites attention: les tarifs sont très aléatoires et semblent varier en fonction de dizaines de paramètres que même les chauffeurs ignorent…

Le Parc himself

Ceux qui s’attendent à un parc immense, aux frontières invisibles et à la taille démesurée risquent bien d’être déçus. En effet, le Connemara National Park ne dispose en tout et pour tout que de trois sentiers de randonnée, répartis sur les quelques 3000 hectares de sa superficie. Cependant, ce n’est pas là un souci. On vient ici pour randonner très tranquillement, admirer le paysage et profiter des panoramas environnants de toute beauté, ceux-là même qui ont fait (et font toujours) la légende de cette région unique au monde.

Situated in the West of Ireland in County Galway, Connemara National Park covers some 2,957 hectares of scenic mountains, expanses of bogs, heaths, grasslands and woodlands. Some of the Park’s mountains, namely Benbaun, Bencullagh, Benbrack and Muckanaght, are part of the famous Twelve Bens or Beanna Beola range. Connemara National Park was established and opened to the public in 1980.
Source

 

© npws
© NPWS

Comme vous pouvez le voir sur le plan çi-dessus, les randonnées sont très, très loin d’être démoniaques. Elles sont même plutôt destinées à un public familial, pas aguerri et ne nécessitent rien d’autre qu’une bonne petite paire de chaussures (surtout pour Diamond Hill en fait).

Pour toutes les informations pratiques, rien ne vaut que de passer par le super Visitor Center, situé juste à l’entrée du parc et ouvert de 9 heures à 18 heures (de souvenir). Le parc, lui, est gratuit et ouvert toute l’année, ce qui veut dire que vous pouvez y aller, même en hiver et même si le Visitor Center est fermé !

Un coucher de soleil sur le Parc

Comme nous étions arrivés en fin de journée avec DeT et qu’un heureux hasard nous a permis d’être logé aux portes même du parc (j’en parlerai bientôt !), nous avons décidé de partir randonner à la tombée du jour, en prenant le Lower Diamond Hill Walk (en bleu sur le plan). Le tracé est quasiment plat, avec de courtes montées, bien achalandé et pas du tout boueux.

Les chemins

Au fur et à mesure de la balade, nous ne croisons quasiment personne et profitons d’une vue superbe, dégagée et ensoleillée !

Le décor

Panorama

Vers la toute fin de notre promenade, le ciel s’est embrasé et a revêtu des couleurs d’or, empourprant tout l’horizon et lui donnant une dimension de beauté supplémentaire (comme si le reste ne suffisait pas !).

Les lacs

Les montagnes

Un dernier cliché pour la route et nous rentrons nous reposer, avec le cœur léger et heureux !

L'arbre doré

La Diamond Hill Walk

La plus pentue, raide et longue des trois randonnées est celle que nous avons choisi d’attaquer pour notre matinée de randonnée « sérieuse ». Une chose est certaine: nous avons bien fait d’y aller tôt le matin car le sentier devient vite une autoroute super fréquentée et envahie par les touristes-locaux-promeneurs avides de partager le même panorama que vous (et à vos dépends, bien sur !). Le tracé ne présente aucune difficulté sérieuse, même dans son dernier secteur qui, bien qu’un peu ardu, se fait sans souci en prenant son temps.

Vue depuis le sommet

Une fois là-haut, profitez bien de l’horizon et repérez, sur le versant opposé, la petite Abbaye de Kylemore, qui vaut bien une visite !

Paysage

DSC_0213_1

La redescente se fait par un autre chemin et ne constitue, une nouvelle fois, aucunement un acte de bravoure bloguable tellement elle est douce, délicate et fine (comme DeT en fait !). Une fois arrivés à la fin du chemin, repartez tranquillement, observez la nature, regardez le bétail paitre tranquillement et dites bonjour à mon copain, si vous le croisez !

Rouge gorge

Le Connemara National Park est un très bel endroit, gratuit et accessible, pour découvrir en famille et sans danger la nature irlandaise. Les randonnées sont faciles et font le bonheur de tous, sans qu’aucun équipement spécifique ne soit requis. Il faut programmer une bonne journée pour en profiter au maximum et parcourir les trois sentiers à son rythme. Je recommande fortement de coupler ce parc avec une visite de l’abbaye de Kylemore (dont je parlerais bientôt !).

6 thoughts on “A piece of beauty: le Connemara National Park

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.