Comment trouver son chemin à l’étranger ?

Nota Bene: Je mets entre parenthèses les Chroniques Irlandaises, le temps de pour moi de me livrer à un petit exercice spécialement ironique: un article spécial « techniques évidentes » que j’ai pris beaucoup de plaisir à écrire

J’avoue être amusé/lassé/agacé à la lecture de nombreux blogs proposant, de façon absolue, des Trukafaire, des Trukapalouper, des TrukinKroyab’, des TeKniK ancestrales et pensant détenir  ainsi LA vérité absolue, jamais révélée ailleurs. Prenez donc celui-ci comme vous le voudrez: il n’a nulle vocation à être sérieux, utile ou intelligent. Il est juste une façon de me détendre et de m’amuser un petit peu…

Que ce soit au fin fond du désert de Gobi, dans une rue embouteillée de Rio de Janeiro, à un carrefour routier de Californie, nous nous sommes tous, un jour, trouvés plongés dans la même situation crasseuse et problématique, tenant en exactement cinq lettres: P.E.R.D.U.

Je vous propose aujourd’hui des secrets jusque là jamais dévoilés, des recettes infaillibles, nées de l’expérience accumulée au cours des mes précédents voyages avec pour objectif, un seul but: faire que, plus jamais, vous ne vous perdiez (même si vous aimez ça !).

La perditure, c’est le mal

Avant de partir

Première technique que j’applique toujours avant de partir à l’aventure: me renseigner en amont du voyage sur la destination où je vais !

En effet, de nombreuses et confidentielles structures nommées Offices de Tourisme, Librairies et Sites Internet mettent à votre disposition des brochures, cartes, guides et renseignements qui seront d’une aide inestimable pour vous !

Je vous accorde que c’est une démarche intellectuelle difficile et presque insurmontable que d’aller quémander de l’aide auprès d’autrui mais, en faisant ainsi, vous faites un geste citoyen, éthique et responsable, créant un lien humain fort entre vous et votre interlocuteur !

Seconde technique à ne jamais oublier: télécharger une carte sur votre GPS ! Comme vous êtes des nomades à la pointe de la technologie, travaillant quand bon vous semble de façon dématérialisée, vous êtes bien sur dotés des derniers équipements disponibles sur le marché. En vous servant d’iceux, vous êtes assurés de ne jamais vous trouver perdus tant que vous disposez d’une connexion !

Troisième et dernier secret que je vous donne ce jour: repérer votre itinéraire lieu d’arrivée-lieu de destination sur Google Maps et l’imprimer. En faisant ainsi (et pas autrement), vous ne courez aucun risque de tourner à droite au lieu de tourner à gauche et vous ne serez ainsi jamais en position de faiblesse ni vus en train de subir votre voyage (qui s’en retrouverait gâché de par la-même).

Pendant votre Voyage

Si en dépit de tout, vous n’avez pas appliqué mes précieux conseils (que je consent à partager avec vous car ce blog est un lieu d’échange et de partage, à lire sur mon Ebouk !) et que, malgré tout, vous soyez perdus: ne vous inquiétez pas, je suis là pour vous aider:

Tout d’abord, ne paniquez pas, ne vous affolez pas,  ne montrez aucun signe de détresse extérieure, au risque d’attirer l’attention (forcement) malveillante d’un local ou, pire, d’un autre voyageur qui verrait en vous une victime en puissance. Contentez-vous de paraitre banal, amusé et regardez d’un air concentré votre carte. Jetez des petites coups d’œil autour de vous, tentez de repérer des points communs entre votre carte et le décor environnant, ce qui vous donnera de précieux indices sur votre emplacement actuel !

Cette situation est bien sur valable uniquement de jour et en milieu urbain. Si vous étiez perdus de nuit, concentrez-vous sur la position des étoiles et marchez en sens contraire à celle qui brille le moins fort.

Un cas de situation de crise est celui où vous vous retrouviez à devoir quémander votre chemin. Sachez que cela arrive même aux meilleurs (ce que vous aspirez à devenir).

Commencez par vous adresser, de préférence, à quelqu’un portant un uniforme. N’abordez pas le premier venu et esquivez comme la Peste Noire Bubonique tout ce qui ressemble de près ou de loin à un autre touriste: il ne ferait que vous perdre encore plus.

Les policiers, facteurs et employés municipaux arriveront, en général, à vous donner une idée du chemin à faire. Cependant, ne les croyez pas sur parole et recoupez vos informations au maximum: c’est un principe basique de sécurité à l’étranger.

Ma technique ultime

Comme vous venez de le constater, ne pas se perdre est un exercice périlleux et difficile. Cependant, il existe UNE et UNE seule technique garantissant à 101% de que cela ne vous arrive pas.

Elle consiste à effectuer un long cheminement intérieur à la recherche de soi-même, à s’interroger sur sa volonté de changer de vie, à aller plus loin que les apparences et à remettre en cause la perception du monde, en se posant une simple question:

 Pourquoi ai-je donc pris le risque fou de partir à l’étranger, au risque de me perdre ?

La réponse à cette question (et donc LA technique):

Rester chez soi, c’est encore la meilleure chose à faire !

Conclusion

J’espère vous avoir aidé à ne plus vous perdre pendant vos voyages et à devenir ainsi un acteur majeur ne vivant plus dans la Peur de l’égarement.

Et vous, c’est quoi vos techniques ?

J’espère que vous l’aurez compris, cet article est uniquement à vocation parodique et ironique.

21 thoughts on “Comment trouver son chemin à l’étranger ?

  1. Hm, t’es gonflé un peu. Il y a sûrement beaucoup de personnes qui passeront à côté de l’ironie de cet article. Et tu me répondras que tu t’en fous et que tes articles ne s’adressent pas à ce genre de lecteurs de toute façon. Bon.

    Ta petite introduction en italique n’est pas à prendre au second degré par contre, il me semble ? En fait, c’est vrai que ce genre d’articles c’est un peu pour appâter du lecteur MAIS d’un autre côté, c’est ce que je recherche sur le net quand je me renseigne pour un voyage (ce que je fais rarement en fait, mais disons que le voyageur lambda est susceptible de passer par cette étape recherche d’itinéraires, de bons plans, blabla), et donc je trouve ça bien qu’il y ait quelque chose pour répondre à cette demande. Après c’est sûr, c’est bien aussi de faire des articles désintéressés, bien sûr.

    Sinon, je te remercie grandement pour tous ces conseils ô grandement précieux que je note précieusement dans mon carnet afin de plus jamais, au grand jamais, me perdre en voyage. Merci.

    1. Hello Joana

      J’espère vraiment que la teneur de l’article ne laisse aucun doute quant à l’ironie de la chose: les tournures, les trucs en gras, l’égo sur-developpé apparent partout (enfin j’espère !): autant d’indices concrêt (même pour d’innocents voyageurs qui viennent chercher des infos !).

      Pour ce cas présent, je ne fais qu’énoncer des platitudes absolues frôlant le degrés Zéro de la débilité et j’espère bien que les lecteurs s’en rendent compte (comme énoncé justement dans l’intro en italique !)

      Ravi de savoir que, toi aussi, tu ne seras plus jamais perdue !

      1. Oui, rassure toi, c’est évident. Non en fait je voulais surtout dire que certain risquent de se sentir visés et donc de moyennement apprécier ton humour 😉

        Genre même moi (enfin « même moi », je sais pas, peut-être « surtout moi » hmhm), je me suis un instant demandé si je devais me sentir viser.

        1. Oh bah non, toi t’as rien fait 😀

          C’est à dessein que je ne cite personne, pas intéressant de rentrer dans la guéguérre !

          « Et puis entre nous, qui se sent morveux se mouche hein »

  2. Te connaissant un peu, j’ai beaucoup souri à la lecture de cet article, notamment sur le ton ironique..

    Mais relativisons un tantinet soit peu.
    La majorité des personne n’a pas pour habitude de barouder autant que nous et par extension n’ont pas pour habitude de « sortir » de leurs repères.

    Donc forcément quand t’es à l’étranger, dans une ville que tu connais pas, que tu connais personne, que parfois tu ne parles même pas la langue locale et que même tu es peut être seul eh bien, je peux te dire que pour l’avoir vécu, les réflexes que tu décris ne viennent même pas, car tu es quelque peu en panique ^^

    Il y a aussi l’effet du « bon sens » = demander aux gens, chercher un OT, chercher à se repérer sur une carte, etc… C’est complètement dingue de voir à quel point le « bon sens » a disparu.
    Personnellement, en voyageant pas mal, ce « bon sens » s’est affiné.
    Tu pourrais faire l’analogie avec les « GPS » en voiture, alors que « souvent » il suffit de lire les panneaux. Ou mieux encore: le détecteur de radar qui t’indique aussi la vitesse en plus de celle du compteur kilométrique et même de celle du GPS Oo

    Pour revenir à l’article, ce genre de conseils (pas seulement de ton article mais de tous ceux qu’on peut trouver sur la blogosphère) eh bien ne trouvent pas échos auprès des « habitués » mais auprès de ceux qui justement cherchent à apprendre et à se rassurer.
    Après on est d’accord que certains « abusent » très volontiers pour conseiller à tout va et impose cela comme vérité unique.. Mais à la base, ça part d’une volonté d’aider son prochain (ou alors, je perds un des derniers espoirs que j’ai envers l’espèce humaine ^^)

  3. Héhé Manu, tu mets le doigt sur des sujets intéressants.

    Je retiens tout particulièrement le « Bon sens ».

    TOUT ce que je dis ici, à quelque conneries près, c’est du bon sens pur accessible, je crois, à un voyageur chevronné comme un à First Timer et qui ne mériterait même pas un article sérieux (contacter une OT, demander son chemin… C’est des conseils qui ont besoin d’être formalisés ça ?)

    D’autre part, comme le dit aussi Joanna, le mec sur Internet va chercher des conseils, des « bons plans » en effet.

    Ce qui me fait chier, c’est de voir à quel point l’évident est marketingisé par moments, que des ebooks remplis de stupidité sont publiés, vendus… et achetés.

    Après, dans beaucoup de cas, c’est en effet de la bonne volonté (enfin j’espère !)

  4. Comme le dit Emmanuel, c’est peut-être parce que j’ai l’habitude de te lire et voir tes tweets acides passer mais bon… ce serait prendre tes lecteurs pour des couillons que de dire que l’on peut passer à côté de l’ironie.
    Comme dans toute parodie, tu exagères et pousses un peu trop le truc mais je te rejoins sur l’idée. Partager des bons plans, des coups de coeur, des infos ou conseils pratiques OK…et ce n’est d’ailleurs pas ce que tu remets en cause dans ton article. Par contre, écrire des articles pour ce que j’appelle « expliquer la vie », ça a aussi le don de m’énerver : comment trouver son chemin, comment rencontrer des gens en voyage, comment parler à un local et maintenant il y a aussi le hot topic du moment comment être un voyageur responsable… Bref, dès que ça tombe dans la leçon, la moralisation ou la philosophie de voyage, je zappe !

    1. Hello Maïder (alias MC Ice !)

      Je savais que ça allait t’attirer, un article pareil 😀

      Comme dans toute parodie, tu exagères et pousses un peu trop le tru

      Bah vi, forcément, et encore, je me suis retiendu un petit peu…

      Par contre, écrire des articles pour ce que j’appelle « expliquer la vie », ça a aussi le don de m’énerver : comment trouver son chemin, comment rencontrer des gens en voyage, comment parler à un local et maintenant il y a aussi le hot topic du moment comment être un voyageur responsable

      Comme d’hab’, on se rejoint sur ce cheval de bataille qui ne cesse de me faire déglutir devant le PC…

  5. Moi quand Cédric fait du Cédric j’adore !
    Bien sûr j’aime lire tes récits de voyages mais quand tu fais des articles plein d’humour ben j’suis encore plus fan !

    1. Ah Katell, quel plaisir de ne pas te retrouver dans les spams 😉

      Ravi de savoir que ça t’a plu, j’en ai encore quelques autres en réserve !

  6. Ah si j’avais lu ça avant de partir… je crois que je me serais quand même perdue dans les montagnes des Highlands 😀
    Oué, y’a du gros spoiler de billet de blog à venir, là. Un truc qui pourrait s’appeler ‘comment je me suis perdue dans le brouillard, que ma seule carte s’est envolé avec le vent et la pluie et que j’ai failli mourir en voulant la récupérer’. Un peu la suite de ‘la mort suspendue’, tu vois.

    1. P’tain, comment tu viens buzzer chez oim toi !

      Nonobstant, j’attends avec impatience d’en savoir plus sur cette histoire 😀

  7. Attends, mec, t’as pas le choix : si tu veux faire ton trou dans la blogosphère y’a pas de mystère, faut buzzer ! J’te f’rai lire mon ebook sur le sujet quand il sortira…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.