temps de lecture: 3 mn

Back in Black

Titre à double raison particulièrement bien choisi: back parce que je suis de retour dans le monde fabuleux du travail. Black parce que j’étais habillé en noir.

La nouvelle ligne qui va briller de mille feux sur mon CV est un métier de contact et de service, qui réclame polyvalence linguistique, habilité, sens de la communication et goût du travail en équipe… Ca en pète présenté comme ça hein ? Bon en fait, suffit juste de sourire et de porter des assiettes de tailles diverses, de remplir des verres avec le liquide adéquat et de sourire tout le temps.

Vous l’avez deviné, je suis rentré dans l’hotellerie. J’ai travaillé comme serveur pendant un Banquet. Point de scrupules, moi qui est tendance en ce moment à être gavé par la francophonie ambiante, je dois bien reconnaitre qu’elle est cependant un outil formidable. Le network français de Whitehorse n’est pas un vain mot ni une chimère. Je remercie donc la délicieuse et courtoise A.Q. de nous avoir fait, moi et paspeurdesours, travailler en cette belle nuit du Yukon.

Il faut dire aussi qu’on a pas bossé pour n’importe quoi ! On a usé nos fonds de chaussure pour le banquet des Vétérans de la Police Montée Canadienne, l’équivalent en infiniment plus chébran des Crs de chez nous. Il faut vous imaginer, pour reconstituer l’ambiance, une bonne centaine de personnes, en robe de soirée pour Mesdames et en costume rouge reglémentaire pour Messieurs. Une table VIP introduite à la cornemuse (c’est fou d’ailleurs ce que j’adore cet instrument soit dit en passant) et une armée de serveurs courant partout le sourire aux lèvres et le plateau sur les bras.

Sans rentrer ni vous raconter toute la soirée, qui serait fastidieuse, je me contenterais de vous narrer quelques faits:

-Qu’un hymne national repris par toute une salle, je trouve toujours cela beau. Surtout quand c’est anglais et que c’est canadien.

– Que les vétérans, c’est des sacrés soifards qui ont une belle descente, vue la quantité de vin blanc et rouge ingurgitée ce soir.

– Je pige toujours pas pourquoi il y en avait un avec une peau de renard argenté sur la tête.

– Qu’on a bossé de 17 heures à minuit, à un bon tarif.

– Que le repas était trop mais alors trop bon. Et qu’on a le droit de manger la même chose que les mecs du banquet !

– Que Paspeurdesours et moi, on a formé une équipe de choc sur notre secteur de 6 tables (et deux personnes gluten-free).

– Que l’hôtel où on a bossé, que je citerais sous le nom de Haut-Pays-Dedans est un nid à français, à chinois et à canadien, qu’il y a une super ambiance sauf avec la greluche blondasse perchée sur deux échasses et qui a oublié de boucler la moitié des boutons de son décoletté, parfaitement désignée pour son rôle de potiche de banquet, je sais, c’est méchant et probablement faux mais je m’en fous, elle avait qu’à pas venir servir du vin sur NOTRE secteur, à NOS tables. Na.

Bon. Tout ça pour dire que c’est vraiment bon pour le moral de retravailler, que j’y retourne le 5 juin pour un deuxième buffet « First Nation », sur la demande du Captain (Hunter… Oui, il s’appelle vraiment Hunter. Super sympa d’ailleurs).

Demain dimanche, strictement rien de prévu d’autres que de nobles travaux de jardinage, qui vont consister à étendre du compost, à soigner le potager, à planter des graines et à payer le loyer.

Good Mornin’ and in case we don’t meet again, good afternoon, good evening and good night !