temps de lecture: 13 mn

Attention ! Des Parcs imminents !

Les incessantes tribulations d’une Paspeurdesours et d’un Evadeo roulant sur mes traces – une fois n’est pas coutume – me donne la folle envie de vous parler de quelques uns de ces joyaux dans lesquels nous avons joyeusement gambadé avec mon coupain Georginou.

Retour donc sur ce roadtrip historique Usa 2009 et sur la grosse dizaine de NP traversés !

Yellowstone

Situé dans le Wyoming, probablement le plus beau de tous. Tout simplement énorme. On passe sans transitions de geysers à sources d’eau chaude, de zones embrumées à des lacs démesurés. La surprise est au coin de chaque virage et le conducteur avisé ne prendra sa Titine pour une F1 vu le grand nombre de bestiaux trainant dans le coin. Notamment d’incroyables troupeaux de bisons – qui est vraiment l’un des animal les plus cons de la Création – qui pensent qu’une route est un endroit idéal pour laisser les p’tits bisonneaux s’amuser. On y a passé deux jours, écourtés par une jolie tempête de neige qui a recouvert de son blanc manteau les routes et du coup qui a aussi bloqué la sortie Sud qu’on voulait prendre… Le revers de la médaille est une présence touristique assez affolante – forcement – qui a poussé les responsables locaux à construire un échangeur aux alentours du Old Faithful, le fameux geyser dont les éruptions sont prévisibles à une dizaine de minutes près et dont mes vidéos ne montrent qu’un gros tas de vapeur, l’eau chaude et l’air froid ne faisant pas bon ménage !

Grand Teton

C’est le parc adjacent à Pierrejaune. On le longe en voiture et il vaut surtout pour ses paysages, à damner un Sein ( ce jeux de mot va quadrupler mon traffic pornographique). Il parait qu’il y a des spots d’escalade sympas. Rien de plus à en dire.

Dinosaur

Alors celui-la n’est pas vraiment un NP mais plutôt un NM (National Monument) mais on y a passé une journée exceptionnelle. C’est dans le Colorado, pas de loin de Dinosaur City. Pour résumer, un m’sieur a découvert une énorme falaise avec plein de fossiles. Donc pour la première partie, on se balade en essayant de trouver des vertèbres de Diplodocus et autres plaques stégausoriennes datant probablement du Mésozoïque inférieur. Et après, si le coeur vous en dit, y a le parc en lui-même. Et la, pouf, baffe dans la Teutè. C’est beau, c’est grand et c’est bourré de Canyons dans tout le coins. C’est même l’entrée du pays des Canyons pour tout dire. La route trace sur une trentaine de miles et s’enfonce dans les terres arides locales. Superbe. Et en plus, y a plein de pétroglyphes partout ! Au coucher de soleil, on s’est posés avec Georginou dans Titine, on a décapsulé deux bières et on a juste profité d’un des plus beaux trucs du voyage. Pas connu mais it’s worth the détour !

Mesa Verde

Georginou voulait y aller. Nous y allâmes. Et nous adorâmes ! Apparement, ce NP toujours situé dans le Colorado est le lieu où se déroule des aventures du fameux Blueberry. On y trouve donc toujours les paysages à baver mais la spécialité locale réside dans les pueblos construits dans les Falaises ! On paie donc son droit d’entrée et on allonge 3 bucks de plus pour aller faire grimpette le long d’échelle et ramper dans des tunnels obscurs… Franchement très sympas, avec des Rangers qui maitrisent le sujet, sont patients et répondent à toutes les questions alakon – genre Where’s the door ? – . On se balade dans les anciennes maisons, on regarde des Kivas, des saunas mystiques qui étaient le rendez-vous mondain des esprits indiens et on s’amuse comme des p’tits fous ! Le musée est également sympathique et on apprend plein de choses intéressantes. On a eu également la joie d’avoir notre seule et unique crevaison dans la dernière descente, celle-où-il-faut-pas-s’arrêter-à-caude-des-avalanches ! C’est un Park Ranger et son gros cric qui nous a sauvé, le notre étant trop petit… Dommage que tout ça ferme quand même aussi tôt – mi octobre !

Monument Valley

On est chez les Navajos et on casque dans tous les sens ! Pas fous, les indiens du coin rentabilisent au max et font payer et repayer. Du coup, au bout du XXXème truc qu’on voulait voir et où il fallait allonger monnaie, on a fait demi-tour et on a pris la Scenic Highway qui longe la Valley. Plein de gros cailloux dans un désert orange du côté de l’Arizona, sous un cagna dément à faire suer des crocodiles. Ce néanmoins très beau décor a été immortalisé dans bon nombre de Western avec John Wayne et cie. Ma collègue Paspeurdecequevoussavez vous en montrera plus !

Arches

L’Utah a beau être peuplé de Mormons, avoir un grand désert de sel reconverti en Zone Militaire, il semblerait cependant que le Bon Dieu ai choisi d’en faire l’un des plus beaux coins des USA. Le Sud de cet état est une enfilade de NP plus incroyables les uns que les autres. Et passer à côté est le huitième péché capital (le neuvième étant de ne pas lire ce blog régulièrement). Georginou dubitait quelque peu avant d’aller s’aventurer par la-bas. Mais une fois arrivés dans la zone, ca n’a été que râles de jouissance et bave aux lèvres toute la journée durant. Des arches, des arches et encore des arches. Des petites, des grandes, des rondes, des brisées, des fines, des grosses, des doubles, des triples, des cachées… Bref, le paradis des Arches ! Et des touristes du coin. Je sais pas trop ce qui a crée tout ce bordel divin – surement du vent, du temps, de l’eau et une grande patience – mais ça a de la gueule. Et comme on est des randonneurs émérites avec Georges, on a été là où les autres ne vont pas: au bout du bout du bout du Parc. Sur le Primitive Trail. Et on a fait les trois premiers. Long, chaud et assoifant. Mais dément. Et pour couronner le tout, on a terminé par une ultime balade “Coucher de soleil” au point le plus connu: Delicate Arch. Peuplé bien sur mais encore une fois, spectacle d’une beauté irréelle !

Zion

Premier point: c’est le seul endroit au monde où j’ai vu des Dindes sauvages. Oui oui. Des vraies, horribles, moches, glougloussantes et repoussantes. A l’opposé total du Parc qui vaut surtout pour ses randos assez folles des Narrows qui consistent à se balader dans des gorges/Canyons en passant la plupart de son temps les pieds dans l’eau. Vaut mieux prévoir en avance, avoir du matos super adapté et ne pas y aller quand il pleut ! Mais mon coupain Georginou et moi, on a été faire Hidden Canyon. La rando était classée en Hard avec mention Peur du vide s’abstenir. Déçu. Ok, ça monte, Ok, on s’accroche avec une chaine pour pas tomber dans le vide substentiel s’étalant sous nos pieds mais bon… Pas de quoi en faire un plat cependant. Nonobstant, belle rando qui aboutit à deux heures de varape dans le lit d’une ancienne rivière barrée par de nombreuses cascades. On passe donc son temps à tenter de comprendre par ou passer, on escalade, on saute, on trébuche mais on rigole bien… Par contre, c’est un cul-de-sac mais bon ! Et comme on avait encore du temps, Georginou m’a convaincu d’aller faire une seconde rando à la suite – Merci Pôpa pour l’entrainement intensif de mes jeunes années – s’appellant Observation Point. Avis aux amateurs: ça grimpe dur, sec et c’est barbare limite barbant. Mais encore une fois, la vue au sommet vous fait glouglouter, jurer et tout le toutim habituel. C’est beau koa ! On a ramassé nos poumons sur le chemin du retour et pris notre bus après une loooooongue descente. A noter que Zion utilise plus ou moins le même système de bus que Denali NP pour éviter le congestionnement des routes et la pollution excessive… Et que pour dormir, y a des supers coins très bien cachés tout en haut avant l’entrée Est du Parc – en prenant une route qui part loiiiiiiiin dans la montagne. Enfin moi j’dis ça mais j’dis rien hein !

Death Valley

Bof. Honnêtement bof. C’est un désert. Fait chaud. Y a des dunes, du sable et du sable et du sable. Et des serpents et des tarentules. Et puis on passe du niveau de la mer à +4000 feet dans une montée sans stop. Du coup, Titine a pas aimé et elle a fait Pssscht. Pspouuuch. Dans la montée. On a du attendre qu’elle refroidisse. Pour le coup, Death Valley, ça m’a laissé de glace !

Sequoia

Premier truc marqué en gros dans la brochure donnée à l’entrée du Parc: Gaffe aux Rattlesnakes ! En gros, ces infames saloperies de reptiles sont cachés partout et attendent juste qu’un pied innocent se pose sur eux pour injecter une bonne dose de venin local direct dans la veine tout en faisant tinter leurs putains de crécelle arrière. Bref, je suis pas sorti de la voiture. Sinon le Parc est sympa avec plein de gros n’arbres. Mais vraiment hein. Par contre, une fois qu’on a vu les arbres de Vancouver Island, on a comme une impression déjà vu… Ca a des branches, des racines, un tronc, c’est gros et ça pousse très haut mais… ça convainc pas outre-mesure. Pour le fun, il y a le plus gros arbre du monde, le General Sherman qui parait pas i gros que ça en fait quand on a vu ça avant. Bref, un parc sympa mais pas le meilleur de tous quand même…

Yosemite

Le dernier de la liste. Pas le plus attendu mais presque le plus connu. La veille, un frein de Titine a fait Frout après une très belle descente et j’ai claquer mon magot Lasvegasien pour en foutre un neuf. On a donc perdu une demie journée en réparation avant de s’aventurer par la-bas, en Californie donc, ce qui nous a fait entrer un samedi, par un soleil radieux… Erreur fatale ! Tout le monde s’était donné rendez-vous la-bas en même temps que nous – mais quelle idée ! – pour venir admirer les paysages locaux. Alors franchement, c’est beau, sans aucun doute. Ca inspire et ça donne envie de se balader. Mais quand vous avez passé un mois à éviter les Interstates, les grosses villes et tout le reste, bah ça gave. On a donc super écourté notre passage et on a decampé vitesse V, sans trop de regrets !

Denali

Je profite de cet article pour parler de Denali situé en Alaska et que nous avons visité en juillet dernier avec Pierre et Nico durant notre Roadtrip Alaska 09. Pas grand chose à voir avec les NP dont je vous ai entretenu précédemment à part que c’est grand, c’est beau et y a plein de montagnes. Le principe mis en place mérite d’être expliqué: aucune voiture et aucun sentier ! Le principe du Leave No Trace – LNT pour les intimes – y est développé au maximum. Il est demandé aux hikers d’aller où bon leur semble, de ne pas camper à moins de 1 miles de la route – pour ne pas gacher le paysage ! – et de ne laisser strictement aucune trace derrière eux. Le résultat est une incroyable sensation de liberté avec un petit arrière goût de danger – ours !  On se balade où pon veut, on patauge, on monte, on descend et ainsi va la vie ! Mais pour arriver à l’endroit voulu, faut prendre un bus. Et là ça se complique. Parce que n’importe quel bus ne vous dépose pas n’importe où. Et selon l’endroit où vous voulez aller, plus ou moins profondement dans le parc, le prix n’est pas le même… Pour aller voir le Mont McKinley, vous allez devoir allonger une grosse poignée de dollars, de même pour vous arrêter dans les Campground, de même pour les visites guidées… Le bon esprit du bus est quand même que les chauffeurs tapent la discut’, expliquent ce que l’on voit et s’arrête au moindre bestiau aperçu ! Au final, un zoli parc bien qu’un tantinet expensive…

Pour conclure ce grand article, peut-être le plus long de l’histoire de ce magnifique blog, je conseille fortement la lecture fort amusante de Hey Ranger ! , livre écrit par un Park Ranger et qui nous fait partager ses aventures de par les National Park. C’est en anglais mais easily compréhensible et ça fait bien marrer !

Pour tout ceux qui vont aller explorer ces Parcs, l’achat du Pass America is Beautiful est un bon plan. Il coûte 80 dollars et donne accès à tous les Parcs Nationaux pendant un an. Il est également donné si vous cumulez 80 dollars d’achat dans les différents Parcs !

Prochain volume des Aventures: Comment survivre aux Usa avec une Titine !