temps de lecture: 1 mn

A la recherche du Taon perdu

Le retour en grandes pompes – au moins du 43 – de la noble tradition des titres hautement foireux ne peut être qu’un  signe d’un quelconque bonheur intrinsecte et hautement éphémère.

Allons donc et laissons la Dive Muse m’inspirer en cette soirée nuit d’été (quasiment hein !) .

Mes pensées vagabondent doucement vers l’autre continent, ne s’arrêtent pas dans la terre maudite de Montréal, esquivent Ottawa, se faufilent au travers de l’Ontario, glissent le long du Saskatchewan, franchissent allegrement l’Alberta, contourne enfin la BC et m’amènent vers le truc que vous connaissez tous et dont je dois parler si je veux continuer à fidéliser mon super lectorat: le Yukon !

En ce moment, le Soleil de Minuit commence à sortir le bout de son nez, les ours se réveillent doucement (où le sont depuis pas longtemps), les moustiques sont déjà bien actifs et la saison touristique n’a pas attendu de signal pour débuter.

Les clichés qui s’éparpillent, viennent , s’en vont, reviennent et repartent me font penser aux Lumières de la Ville sans que je n’arrive à lier l’expression à une image concrète. Je revois un ours, un phoque, des forêts, un Greyhound, une maison, un Flipper’s, des Nico’s, une Alex, des chiens, des coyotes, un Pierénico, des collocs, une Titine…

Je revois 18 000 bornes et un Ta2boo, l’Alaska et le Kenaï, Georginou et Vancouver, des balles de tennis et le Père Noël avec une bière à la main.

Je me souviens du goût de la bière le soir au fond d’un bar, d’un pneu qui se crève dans une descente et de la tourmente venteuse au sommet d’une montagne nord américaine, de l’oeil vitreux d’un Dall Sheep, de Tombstone, d’Inuvik et des tas de bois prêts à partir à la broyeuse.

Bref. Gros retour de nostalgie et petite piqure de rappel visant à ne jamais oublier ce que je me suis dit en repartant, T2-Like:

I’ll be back !