temps de lecture: 2 mn

3ème mois

6 février 2009-6 mai 2009

Trois mois se sont écoulés depuis que j’ai quitté la France. Trois mois d’aventures, de moments vécus et de remise en question.

Bilan provisoire perspectives futures.

Tout d’abord, un grand classique…

Je ne regrette rien. Mais vraiment rien.

Pas d’avoir choisi Whitehorse. De ne pas être allé m’installer à Québec. D’être parti « seul ». Dans l’inconnu quasi absolu.

Je jette aujourd’hui un regard légèrement ironique derrière moi à tout ceux qui ne voyaient en ce départ qu’un échec programmé. Qui ne me croyaient aucunement capable de m’en sortir. Pour qui la France est un Eldorado béni qu’il ne faut en aucun cas quitter…

A ceux-la, j’adresse le majeur dressé le plus universel et les invite le plus cordialement du monde à aller « where the Sun doesn’t shine ».

Ceci étant dit, c’est l’esprit tranquille que je contemple la situation actuelle. Installé dans un jolie maison, avec une bande d’amis -certes francophones- mais ô combien agréables, avec un boulot -certes pas passionnant – mais financièrement acceptable. Des perspectives de développement intéressantes, des tas des choses à voir et à faire.

Un an de PVT qui se déroule.

Sans que je puisse me plaindre, il y a encore des petites choses qui m’agacent, sans que ce soit pour autant insupportable.

La Francophonie ambiante et légèrement surcôtée (4 journées/évenements dans l’année, ça me parait un peu beaucoup…) qui me m’amène parfois à « m’enfuir » dans des coins où je suis sur de ne voir que des anglophones.

Le boulot qui est quand même bien chiant, même si cela va changer bientôt. Et que j’ai été invité par des collègues au resto dimanche et que tout le monde parle avec moi maintenant. Amazing.

Pour le reste, du positif vraiment

Des potes canadiens, quelques québécois bien sympas, la mafia francophone (le « Gang »). Bizarrement, deux très bonnes copines (dont la fameuse Laura dont vous entendrez normalement parler tantôt…). Manque quand même d’anglophones pures tout ça mais ça avance quand même.

Une remise au sport, au foot, au rameur et à la piscine.

Un permis à passer et une voiture à acheter…

Une redécouverte du bonheur de la randonnée dans la nature.

Au niveau de la collocation, tout semble bien se passer. Aucun contrat ne nous oblige à tout vivre ensemble donc personne ne s’offusque lorsque l’ un de nous vit un peu un solitaire (souvent moi et mes crises d’antifrancophonie… Ca arrive pas souvent mais ça arrive).

Pour ce qui concerne le futur, arrivée programmée de George en septembre et enchainement sur le voyage de l’année.

Whitehorse ==> Territoires du Nord ==> Alaska ==> Californie (SF !!!)

En deux mois et à deux personnes.

En juin (si les intéréssés me confirment), arrivée de deux potes et probable excursion alaskaienne.

Enfin, dans très longtemps mais alors très longtemps, il sera temps de voir de quoi sera fait 2010 (c’est marrant, l’Océanie, j’ai jamais fait…).

Allez, soufflons les bougies et sacrifions à la tradition:

Happy Birthday mon PVT !